. La crise systèmique n'est pas derrière nous. Sa terrible aggravation est en gestation.

Publié par Les Echos et Eco Po

. La crise systèmique n'est pas derrière nous. Sa terrible aggravation est en gestation.

Depuis quelques jours se saisissant de deux ou trois indicateurs ponctuellement au "vert" quelques économistes libéraux se croient obligés de crier victoire :" la crise est finie, elle est dernière nous. L'austérité a payé. Surtout ne relâchons pas les efforts, continuons et persévérons."

Ces indicateurs influencés par la relative meilleure santé de l'économie américaine sont utilisés pour nous faire croire qu'il suffit d'attendre quelques semaines pour avoir ses effets positifs en France et en Europe.

C'est en quelqes mots, le discours asséné à quelques jours d'un scrutin important en France avec les élections départementales et dans une période où la Grèce et son nouveau gouvernement sont en train de montrer à toute l'Europe qu'un autre cap politique est posible. La guerre idéologique fait donc rage !

Pourtant rien n'est plus faux ! Les indicateurs de la France, l'Europe et du monde continuent à se dégrader. Et des économistes plus sérieux, ont pu mesurer que le rebond américain était construit sur du sable et que le retournement de l'économie américaine ne tardera pas à se manifester entrainant une nouvelle et profonde crise dont les effets vont être dévastateurs et beaucoup plus violents que ceux de la dernière manifestation de la crise en 2008-2009!

Un article des Echos du 4 mars de Tetreau Edouard titré "Subprimes-saison 2" est de ce point de vue une alerte qu'économistes et politiques devraient prendre très au sérieux. Ce terrible choc aurait lieu entre 2016-2018, c'est à dire très rapidement. Vous trouverez cet article joint à cette page.

Cet article converge avec celui réalisé par Yves Dimicioli, économiste communiste, parue dans la revue Economie Politique de ces dernières semaines et titré " Vers une nouvelle aggravation de la crise systémique ". Il donne de manière plus détaillée les éléments de fond qui vont nous conduire à cette nouvelle catastrophe, si d'ici là, il n'y a pas un changement de cap radical de la politique sociale et économque conduite chez nous, en Europe et au plan mondial.

Article d'Yves Dimicoli dans Eco Po de septembre et octobre 2014

Publié dans Economie