227 ans après, la nuit du 4 août reste à terminer !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

227 ans après, la nuit du 4 août reste à terminer !

La Nuit du 4 août 1789 restera graver dans l'Histoire de France comme un moment déterminant de la Révolution française.

Après les cahiers de doléances, la prise de la Bastille le 14 juillet et la mise en place de la constituante, la Révolution avait un goût d'inachevé pour l'ensemble de notre peuple et notamment les payssans puisque subsistaient les privilèges exorbitants des nobles leur permettant de continuer à exploiter les paysans qui décidèrent de se tévolter pour se faire entendre de la consituante.

Ainsi le 4 Août 1789 la Constituante sous la pression des Privilégiés qui s’y trouvaient décida l’abolition des privilèges qui étaient des droits hérités et le symbole d’appartenance à la noblesse. Ils étaient pour les paysans qui les subissaient humiliants et économiquement insupportables.

Pierre Victurnien Vergniaud, grande figure de la révolution française à l'éloquence certaine mais peu connue en raison de sa participation au mouvement de la Gironde, avait pris la défense de la révolte paysanne dans le Limousin, il expliquait alors :

« Avec le sentiment confus de leurs forces, se réveilla dans les cœurs celui des grandes oppressions dont ils avoient été les victimes. Ils foulèrent, en frémissant d'indignation, cette glèbe qu'ils avoient si longtemps arrosés de leurs sueurs et de leurs larmes. Leurs regards se portèrent avec la sombre inquiétude du ressentiment sur ces châteaux superbes où si souvent ils étaient venus s'avilir par de honteux hommages et d'où, plus d'une fois aussi, les caprices de l'orgueil, les attentats d'une cupidité toute puissante, les ordres arbitraires et des vexations de tout genre s'étaient répandus comme des torrents dévastateurs sur des campagnes désolées. »

L'abolition des privilèges est donc une décision est d'une force considérable car elle marque le basculement de la féodalité et de l'absolutisme vers un régime constitutionnel placé sous le signe d'un nouveau partage des pouvoirs. La bourgeoisie féodale représentée par la noblesse et le clergé perdant une partie des leurs au profit d'une organisation nouvelle, collective et représentative du peuple. C'est la naissance de la République.

Pourtant il fallut pratiquement 4 ans après cette date symbole du 4 août avant que les privilèges féodaux ne soient définitivement abolis. Et ils ne le furent pas pour des raisons philanthropiques mais par nécessité. La Constituante organisa le rachat des droits en Mars et en Mai 1790 soit neuf mois plus tard. Les circonstances du rachat venaient si tard et étaient si compliquées que les paysans eurent vraiment le sentiment de s’être fait avoir et ne s’y retrouvaient pas.

Alors à travers la France, les paysans recommencèrent à attaquer les châteaux et à détruire les documents qui leur tombaient sous la main. Cette révolte dura jusqu’en 1793. Les paysans voulaient que l’abolition de ce qui causait leur malheur ne soit pas un vain espoir mais une réalité. .

Ce ne fut que le 17 Juillet 1793 que les droits seigneuriaux furent définitivement abolis par la Convention et que l’on ne parla plus de rachat. Comme quoi, l'histoire peut se répéter et que la Révolution est un processus jamais fini.

En effet, l'Histoire nous enseigne que la Révolution consacra le droit à la proprité privée afin de donner accès aux paysans à un lopin de terre leur permettant de vivre de leur propre travail sans avoir à être sous la domination de ceux qui possèdaient les grandes propriétés.

Cette proprité privée consacrée fut alors utilisée par les propriétaires de fabrique pour exploiter le travail des citoyens qu'ils utilisaient pour produire les marchandises. Ainsi, naissait le capitalisme productif qui se développa pendant deux siècles et dont nous mesurons aujourd'hui les ravages sur les sociétés et le monde avec sa financiarisation et sa crise systèmique.

227 ans après la nuit du 4 août, il reste au peuple français à conquérir le pouvoir dans les lieux de production et de concentration financière, pour ouvrir la voie à une nouvelle civilisation, celle du partage et de l'émancipation humaine. C'est la Bastille du 21ème siècle que nous devons ensemble conquérir.

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article