Brésil, à l'ouverture des J.O des sportifs applaudis, un président conspué

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Brésil, à l'ouverture des J.O des sportifs applaudis, un président conspué

Il est 23 heures à Rio, 4 heures du matin à Paris. Des tribunes du Maracana, les huées et sifflets du public montent ! Ils s’adressent bien au président par intérim du Brésil, Michel Temer pour le nommer, déclare ouverts les Jeux olympiques 2016 de Rio.

S’il en avait eu la possibilité, le chef d’Etat intérimaire aurait sûrement préféré être dans sa piscine plutôt que d’assister à cette cérémonie d’ouverture. Car il savait. Du haut de la tribune officielle, il savait que le public brésilien lui ferait payer bruyamment son coup d’Etat institutionnel ayant renversé il y a trois mois Dilma Rousseff, élue légitimement présidente du Brésil.

Ce que ne supportent pas les brésiliens, c'est de savoir que ces hommes de droite qui ont osé faire ce coup d'état, sont liés à la mafia et à l'oligarchie et sont tous inculpés pour détournements au point qu'ils ne peuvent même pas se présenter à une élection politique si par malheur la présidente actuelle devait être destituée définitivement.

On comprend alors qu'ils fassent l'objet d'une contestation bruyante et visible au monde entier.

Nous retiendrons aussi de cette soirée les applaudisements nourris faits aux sportifs du monde entier et formulons le voeu que la fête soit belle, la compétition honnête, la solidarité effective et qu'elle donne à la jeunesse du monde, force et unité pour reconquérir la paix sur notre planète !

 

Publié dans Amérique Latine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article