Dégradation continue de l'emploi avec une hausse importante du chômage en Août !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Dégradation continue de l'emploi avec une hausse importante du chômage en Août !

Après avoir bricolé les chiffres des derniers mois en radiant massivement les chômeurs, il était sur que l'illusion ne durerait pas longtemps. La DARES nous avait prévenus. Les chiffres du chômage d'Août sont catastrophiques : le nombre de chômeurs augmentent de 50 200 ! La réalité a forcé son chemin dans la somme des mensonges déversés par ce gouvernement qui veut nous faire croire que sa politique économique et sociale est bonne au point que selon certains crétins on commençait à voir le bout du tunnel. Ha ! Vérité quand tu nous tient !

Ainsi les chiffres officiels du chômage sont repartis fortement à la hausse durant le mois d’août, a annoncé le ministère du Travail ce lundi 26 septembre. Selon les statistiques de Pôle Emploi, 50.200 nouveaux demandeurs d'emploi sont venus grossir les rangs, soit une augmentation de 1,4% en un mois, soit la plus forte hausse depuis 3 ans, la troisième plus grosse depuis le début du quinquennat.

"Cette hausse concerne toutes les classes d’âge", note Myriam El Khomri. En poste depuis un an, elle salue les résultats sur la durée. Pas surprenant venant de sa part, elle est habituée aux bêtises les plus grossières, enfin celles qu'on lui fait dire, sa bêtise c'est de les répétéer !

L'ampleur des chiffres met à mal la tendance observée ces derniers temps mais avec des chiffres bricolés. Sur trois mois, le nombre de chômeurs augmente de 1% (+36.500).

Ces chiffres sont surtout en contradiction avec le souhait de François Hollande: une baisse "durable pour être crédible", de sorte qu'il puisse se présenter à la prochaine élection présidentielle même s'il doit être battu sévèrement comme tous les sondages le pronostiquent.

Bien sur la droite dénonce l'incapacité de l'exécutif à faire face mais elle oublie vite qu'elle n'a pas fait mieux et qu'elle a même fait pire pendant qu'elle gérait le pays. Elle ferait mieux de se taire car Hollande-Valls et Macron n'ont fait que poursuivre la même logique économique et politique de la droite.

Il était donc logique que ce gouvernement n'obtienne pas de meilleur résultat même en camoufflant un certain nombre de chômeurs dans des formations, 16 300 qui sont passés de la catégorie A à la D (formation).

Le plus grave c'est que selon l'Unédic le chômage devrait poursuivre sa dégradation en 2017, sous "l'effet du Brexit" et de la "stabilisation des contrats aidés", et aggraver la dette de l'Unédic, selon les prévisions financières de l'organisme. Le gestionnaire de l'assurance chômage prévoit une hausse de 79 000 personnes dès 2017 dans la catégorie A, prévient l'Unédic.

De son côté, le taux de chômage passerait à 9,5% fin 2017, stagnerait en 2018 et atteindrait de nouveau 9,6% de la population active fin 2019. Il s'agirait bien d'une dégradation continue du chômage.

Ces sombres perspectives sont dues à un "ralentissement de la croissance". Merci l'austérité Française et Européenne.

Selon les économistes libéraux, sur lesquels se base l'Unédic, la croissance ne serait que de 1,2% en 2017 (contre 1,5% prévu précédemment). Elle s'élèverait ensuite à 1,5% en 2018 et à 1,4% en 2019.

Cette "dégradation de conjoncture" se cumulerait, en outre, avec un "ralentissement des politiques publiques d'emploi". Les créations nettes d'emplois (+109.000 en 2017, dont 76.000 dans le privé) ne suffiraient plus pour compenser la progression de la population active.

Cette dégradation du marché du travail devrait avoir "d'amples conséquences sur les perspectives financières de l'Unédic", prédit l'organisme. La dette pourrait atteindre 37,8 milliards fin 2018 et 41,4 milliards d'euros fin 2019.

Cette situation ne peut qu'encourager à combattre toute suppression d'emploi et à agir fortement pour une autre politique économique et sociale. Il est urgent de mettre en débat la proposition communiste d'une sécurisation de l'emploi et de formation tout au long de la vie professionnelle.

Une telle proposition est à même d'éradiquer le chômage. Elle nécessite l'abrogation de la Loi El Khomri qui ne pourra que conduire à plus de dégradation de la situation de l'emploi salarié.

 

Opinion du la CGT déclaration du 26 septembre 2016

Les chiffres du chômage du mois d’août 2016 montrent clairement que le chômage repart à la hausse, n’en déplaise aux attentes du gouvernement et malheureusement pour tous les salariés concernés.

La catégorie A progresse de 1% sur trois mois (+36 500 personnes) avec un chiffre particulièrement inquiétant de 2,2% pour les moins de 25 ans.

Aucune catégorie n’échappe à l’augmentation. La catégorie B augmente de 1,3% sur 3 mois, tandis que la catégorie C (cumul chômage avec plus de 78 heures de travail) explose, avec une augmentation de 3,7 % sur trois mois, 3 % sur un mois et 8,2 % sur un an.

Ainsi, si l’on prend les vrais chiffres du chômage c’est-à-dire en incluant tous ceux qui sont inscrits à Pôle Emploi, le total A+B+C comptabilise 5 518 000 chômeurs et même 5 820 000 en incluant les DROM, très touchés par la précarité et le chômage.

De plus, la Dares souligne qu’un grand nombre de radiations (défaut d’actualisation) a eu lieu en août, tandis que la catégorie D (celle des entrées en formation) fait un bond de 10,5% sur 3 mois, essentiellement sous l’effet du plan 500 000 formations.

Les récentes prévisions de l’UNEDIC, pour l’année 2017, ne laissent pas entrevoir la moindre inversion de tendance. Pour la CGT, non seulement le nombre de chômeurs ne baisse pas de façon pérenne mais la précarité ne cesse de croître !

Il y a donc urgence à instaurer une vraie taxation de la précarité dont usent et abusent les employeurs via notamment des surcotisations sur les contrats courts.

Le gouvernement doit de toute urgence mener une véritable politique de relance de l’emploi en cessant de satisfaire aux exigences du Médef. Cela passe notamment par l’instauration d’une réduction du temps de travail à 32 heures.

Montreuil le 26 septembre 2016

Publié dans Economie

Commenter cet article