8 000 milliards d'euros par an : notre rapport révèle le coût des inégalités de genre au travail

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

8 000 milliards d'euros par an : notre rapport révèle le coût des inégalités de genre au travail

Un an après l'adoption à l'unanimité des Objectifs de développement durable (ODD) par tous les pays membres des Nations Unies, ActionAid France publie un rapport sur le coût des inégalités de genre au travail. Ce rapport illustre les profondes injustices subies par les femmes dans les pays du Sud, et vient souligner l'importance de la mise en œuvre de ces Objectifs de développement durable[1]. Face aux atermoiements, il est urgent de faire véritablement progresser les droits des femmes et comblent les écarts de genre au travail.

"Sans ce travail non rémunéré, l'économie mondiale ne fonctionnerait pas"

Des centaines de millions de femmes approvisionnent leur famille en bois de chauffage et en eau, cuisinent, font le ménage et prennent soin des personnes âgées, des enfants et des malades, tout en s'efforçant de gagner leur vie par le biais des emplois les moins bien rémunérés et les plus précaires. Le travail qu'elles accomplissent  – au sein et hors du foyer – est indispensable au développement durable et au bien-être de la société. Sans ce travail non rémunéré, l'économie mondiale ne fonctionnerait pas. Pourtant, le travail des femmes reste sous-évalué, en grande partie invisible, et leurs droits souvent bafoués.

File 35412

Pour rendre compte de l'ampleur des inégalités de genre au travail, ActionAid a calculé leur coût annuel dans les pays du Sud. Le résultat, publié dans le rapport « Le grand écart. Le coût des inégalités de genre au travail » est accablant : plus de 8 000 milliards d'euros, un montant supérieur aux PIB combinés de la Grande-Bretagne, de la France et de l'Allemagne[2].

Ce chiffre astronomique illustre combien l'égalité de genre pourrait contribuer à renforcer l'économie dans les pays en développement, en plus de répondre au respect des droits des femmes. S'il prenait en compte le travail non rémunéré de care[3], dont traite aussi le rapport, le coût serait encore plus important.

Le rapport souligne également les conséquences humaines des inégalités économiques sur les femmes, notamment les freins aux libertés, la violence ainsi que d'autres formes de discrimination, d'exploitation et de violation des droits humains.

Alors que les dirigeant·e·s du monde entier sont réunis pour l'Assemblée générale des Nations unies à New York, ActionAid France rappelle que les inégalités au travail ne sont pas une fatalité. L'exploitation du travail des femmes prévaut à cause des idées politiques injustes qui fondent notre économie et parce qu'elle s'enracine dans la discrimination de genre qui opère plus généralement dans la société.

Il est grand temps d'agir sur les causes profondes des inégalités économiques imposées aux femmes, en adoptant une approche à visées transformatrices. Le système économique ne peut continuer de se reposer sur l'exploitation du travail des femmes, notamment des plus pauvres. S'il ne veut effectivement ‘laisser personne de côté', l'Agenda 2030 devra refléter l'instauration d'une économie juste, durable, fondée sur les droits humains et prospère pour tou·te·s.

Télécharger le rapport « Le grand écart. Le coût des inégalités de genre au travail »

File 35400

Ce rapport est une version française et éditée du rapport Close the gap ! The cost of inequality in women's work publié en 2015 par ActionAid UK. Il s'insère dans le cadre de la campagne « De l'invisibilité à l'égalité : défendre les droits des femmes au travail » initiée en 2016 par ActionAid France - Peuples Solidaires avec le soutien de l'Agence française de développement.

Notes

[1] Les pays membres des Nations unies ont donc adopté, le 25 septembre 2015, un nouvel agenda ambitieux pour faire reculer la pauvreté et favoriser le développement durable d’ici 2030 à travers des "Objectifs de Développement Durable (ODD)". Lire l'article : Les Nations unies adoptent les Objectifs de développement durable. Et maintenant ?

[2] En 2015, le PIB allemand se montrait à 3 356 milliards de dollars US, le PIB français à 2 422 milliards et le PIB du Royaume-Uni à 2 849 milliards. Source : données de la Banque mondiale http://donnees.banquemondiale.org/pays (page consultée en juin 2016).

[3] Le care correspond au travail lié aux soins des autres qui incombe de façon disproportionnée aux femmes.

Articles liés :

Voir la campagne "De l'invisibilité à l'égalité : défendre les droits des femmes au travail"

Publié dans Genre

Commenter cet article