Bel Ami annonce sa candidature

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Bel Ami annonce sa candidature

De Gaulle a inventé cette Constitution, puis cette élection présidentielle monarchique que Mitterrand appelait « le coup d’Etat permanent » jusqu’à ce que sa médiocrité essentiellement tactique s’en accommode à un point inimaginable de corruption et de trahison des idéaux de la gauche. « Non au pouvoir personnel, Non au pouvoir des monopoles » criaient les communistes à cette époque… Pas mal vu dans le fond…

L’élection présidentielle est en train d’être une véritable caricature de la vision de De Gaulle  et met en lumière le caractère archaïque, réactionnaire au sens plein du terme de ce coup d’Etat permanent… Le pouvoir des monopoles, l’impérialisme a atteint un degré de sénilité qui s’accompagne du déchaînement des appétits… C’est le temps des mouvements derrière un individu qui a la tête tournée par les sondages, les vantardises médiatiques…

Voici l’arrivée de Macron qui feint d’être le XXIe siècle alors qu’il fait irrésistiblement songer à Bel Ami de Maupassant.

Celui que l’écrivain définissait comme une crapule, l’individu capable de toutes les trahisons, pure créature de la presse dans ce qu’elle a de plus infâme: Voulant analyser une crapule, je l’ai développée dans un milieu digne d’elle, afin de donner plus de relief à ce personnage. J’avais ce droit absolu comme j’aurais eu celui de prendre le plus honorable des journaux pour y montrer la vie laborieuse et calme d’un brave homme (…).

On le voit ce n’est pas une profession, celle de journaliste comme celle de banquier ou de petit protégé d’un président qu’il trahit immédiatement, mais bien un système qui promeut les gens toujours pris dans le même vivier et élevés dans le même sérail. C’est une mode de recrutement.

Avec eux pas de surprise, ce qu’ils ont été, leur parcours est la garantie d’un système qui perdure… ou tente de perdurer, je vois déjà certains appuis se dessiner, le vieux parasite de la mémoire de 1968 par exemple, Cohn-Bendit répondra présent comme chaque fois qu’il s’agit de faire une grimace de singe au peuple…

Comme je vous l’annonçais dès l’élection de Trump, les marchés un temps frileux sont repartis à la hausse… Dans le fond Hillary leur candidate c’était le statu quo, Trump c’est la spéculation qui offre de nouvelles opportunités. Que représente ce fondé de pouvoir de la banque d’affaire  en France….

Il va annoncer cette candidature, et ses soutiens financiers resteront tout de même au second plan de sa publicité, dans une école qui introduit le numérique au coeur des programmes.

Nous sommes peut-être à l’ère du numérique mais les vieilles passions, l’avidité, l’ambition débridée, la trahison, restent d’actualité. C’est peut-être ça que les marxistes définissent comme la contradiction entre développement des forces productives et les rapports de production qui les entravent pour en limiter les bénéfices à une poignée.

Je me demande si certains qui prétendent soutenir Mélenchon parce qu’il serait le fossoyeur du PS vont se féliciter de la candidature de Macron parce qu’elle paraît achever l’œuvre pour le plus grand profit des monopoles… Comme Mitterrand…

Danielle Bleitrach

Commenter cet article