Espagne : les députés relèvent le salaire minimum, malgré l'opposition du gouvernement

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Mariano Rajoy ne dispose que d'une majorité relative au Congrès et devra faire avec. (Crédits : SUSANA VERA)

Mariano Rajoy ne dispose que d'une majorité relative au Congrès et devra faire avec. (Crédits : SUSANA VERA)

La gauche s'est unie pour voter en faveur d'un relèvement de 40 % du salaire minimum sur trois ans, suivant ainsi le chemin du Portugal. Une défaite politique pour Mariano Rajoy.

Mariano Rajoy a beau avoir été réélu président du gouvernement espagnol le 31 octobre dernier, sa majorité n'est que relative et le moindre faux pas est immédiatement sanctionné par l'Assemblée. Cette nouvelle donne risque de lui compliquer la vie pendant les prochaines années. Il l'a appris à ses dépens le mardi 22 novembre.

La chambre basse des Cortes, le Congrès des députés, a en effet approuvé une proposition de loi qui prévoit un relèvement du salaire minimum interprofessionnel (SMI), le SMIC espagnol, de 655,2 euros mensuels aujourd'hui à 800 euros en 2018 et à 950 euros en 2020. Une hausse de 44,3 % en trois ans à laquelle le Parti populaire (PP) de Mariano Rajoy était fortement opposé.

C'est une leçon utile, notamment pour nous en France, car elle démontre qu'il ne suffit pas d'avoir le poste de Président pour imposer ses choix, il est possible avec une assemblée majoritairement représentée par des députés du peuple et pour le peuple de faire une autre politique que celle préconisée par le président. Imaginons en France, s'il y avait eu 5 ou 6 députés du P.C.F de plus à l'Assemblée Nationale, il était alors impossible au duo Hollande-Valls d'imposer en force la Loi Travail à coups de 49/3.

Défaite politique pour la droite et Mariano Rajoy

Sur le plan politique, c'est une vraie défaite pour le président du gouvernement. Le PP et ses 137 députés sur 350 ont été les seuls à voter contre la proposition qui avait été déposée par Unidos Podemos. Son allié (de l'extérieur du gouvernement), le parti centriste Ciudadanos et ses 30 députés, s'est abstenu. Quant aux 174 députés qui ont adopté le texte, ils regroupent, outre ceux d'Unidos Podemos, les Socialistes du PSOE, les Nationalistes basques et catalans de droite (PDCat et PNV) et de gauche (ERC et BIldu).

Ce vote prouve à Mariano Rajoy que rien ne sera plus difficile que de gouverner, alors qu'il négocie le détail du prochain budget avec Ciudadanos. L'abstention nécessaire du PSOE ne lui est donc pas acquise.

Les Socialistes disqualifiés en quête de légitimité

Il est vrai que les Socialistes sont en forte baisse dans les enquêtes d'opinion depuis leur décision de favoriser la nomination de Mariano Rajoy. En quête de légitimité ils collent à Unidos Podémos et essaient de montrer une capacité de résistance au président du gouvernement. D'où leur soutien soudain à la proposition d'Unidos Podemos qui n'était pourtant pas dans le programme du PSOE. Le PSOE va devoir cependant se méfier d'une telle stratégie. En cas de rejet du budget ou d'une obstruction systématique, Mariano Rajoy serait tenté d'appeler à un nouveau scrutin qui serait terrible pour PSOE totalement disqualifié.

Les prémices d'un changement de logique économique

Sur le plan économique, la loi approuvée par le Congrès ce mardi n'est cependant pas secondaire. Outre l'augmentation nominale du salaire minimum, elle prévoit des modifications du calcul du SMI en assurant un maintien réel de la valeur, corrigée de l'inflation. Elle prévoit également une révision annuelle par le gouvernement du SMI après prise en compte de la consultation des syndicats et du patronat, mais aussi de l'évolution de la productivité, de la hausse de la participation au marché du travail et de la conjoncture. Ce sont de vraies avancées qui rompent avec la logique d'austérité comme le préconisent de nombreux économistes et d'organisations internationales.

Comparaisons européennes très utiles

Globalement, Unidos Podemos a justifié la forte hausse du salaire minimum en Espagne par le niveau extrêmement faible de ce dernier en termes de comparaison européenne. Le SMI est payé sur 14 mois en Espagne. En moyenne mensuelle, il se situe aujourd'hui à 764,4 euros. Il n'a été valorisé que de 16,1 euros depuis janvier 2012, soit de 2,2 % au total. Cette modération est dénoncée par le parti espagnol qui y voit une source de la précarité sociale d'une grande partie de la population. La part des Espagnols en risque de pauvreté est ainsi la deuxième plus élevée en Union européenne après la Roumanie.

Unidos Podemos revendique le relèvement important du SMI par le fait qu'il ne représente aujourd'hui que 40,6 % du salaire moyen espagnol (1.881 euros mensuels), alors que la charte sociale européenne recommande un salaire minimum représentant 60 % du salaire moyen. En 2020, le SMI sera cependant à 1108 euros mensuels, encore inférieur à ce niveau par rapport au salaire moyen actuel qui aura sans doute connu également une revalorisation. Le salaire minimum espagnol est le huitième plus élevé de l'Union européenne en termes nominaux et le onzième en termes de parité de pouvoir d'achat. Il est, selon ce dernier critère, inférieur aux salaires minimums slovènes ou turcs.

Mouvement européen et logique de complément avec la BCE

Si le PP a poussé des cris d'orfraies concernant le risque sur la « compétitivité » de l'Espagne, il convient de rappeler que l'Espagne a, sous le régime de la troïka, été un des pays qui a le plus amélioré les résultats des entreprises avec une baisse sur dix ans de 6,2 % du coût du travail par rapport à la zone euro et une hausse de 11,5 % de la productivité. Il était plus que temps de passer à une autre répartition des richesses, les marges de manœuvre existent, d'autant que le salaire minimum ne concerne que peu de salariés et, après la réforme du marché du travail, est moins qu'auparavant, une référence pour l'ensemble de l'économie. 

Du reste, en l'absence d'une politique de relance européenne qui fait actuellement défaut sous la pression du patronat et des multinationales, les Etats en sont réduits à tenter de compléter eux-mêmes la politique de relance monétaire de la BCE. La hausse du salaire minimum y contribue.

D'autres pays ont déjà engagé le relèvement du salaire minimum. C'est notamment le cas du Portugal où le gouvernement a relevé de 589 euros à 618 euros le salaire minimum et envisage de poursuivre cette revalorisation.

Le gouvernement grec a, lui, dû renoncer à toute revalorisation sous la pression des créanciers. En 2012, le salaire minimum grec avait été abaissé de 28 % à 683 euros mensuels en moyenne. Il est encore à ce niveau, ce qui provoque une crise sociale sans précédent et vient encore aggraver la situation économique et financière de la Grèce comme le reconnaissait Obama venu visiter la Grèce dernièrement.

Encore du chemin

Le projet de loi espagnol a été renvoyé en commission où il devra s'accorder avec une autre proposition de loi adopté en commission et proposé par la droite nationaliste catalane qui proposait un relèvement, mais aussi une régionalisation, du salaire minimum. Le Sénat, dominé par le PP, devra aussi donner son avis.

S'il était finalement adopté, le texte serait cependant clairement une victoire d'Unidos Podemos et la confirmation de la défaite de Mariano Rajoy.

Publié dans Europe

Commenter cet article