Mobilisation des cheminots pour que la gare de Castelsarrazin vive !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Mobilisation des cheminots pour que la gare de Castelsarrazin vive !
Hier, sous un beau soleil de novembre, nous étions une cinquantaine, cheminots et usagers, à être mobilisés devant la gare de Castelsarrasin pour dénoncer sa fermeture au service de la circulation.

Dès 6H30, et la distribution de tracts, l’échange avec les usagers est très intéressant. Beaucoup d’entre eux se montrent très inquiets, et nous disent « mais quand est ce qu’on va arrêter de tout sup
primer pour des questions d’argent ? ». Car là est la vraie question, le véritable nerf de la guerre. Engluée dans une dette colossale, dette qui n’est pas la sienne, la SNCF raisonne uniquement avec une calculette dans la tête. Ici, la suppression du poste lui ferait économiser, selon ses dires, 60000 euros par an.

60000 euros par an pour la fermeture de la deuxième gare du Tarn et Garonne ! Une gare, où passe chaque jour plus de 60 trains ! Quelle logique ? Avec la fermeture de la gare de Castelsarrasin, le Tarn-et-Garonne va devenir un véritable désert ferroviaire. Une seule gare ouverture pour un bassin de 250000 habitants, voilà la réalité ! Ici encore la SNCF respecte sa politique d’entreprise : la calculette plutôt que la sécurité.

7H50, deuxième vague d’usagers qui arrive pour prendre le train. Même inquiétude, même colère. « Va-t-on pouvoir continuer à prendre le train ici encore longtemps ? Je suis très inquiet… » ; « Et après l’agent de la gare, on supprimera le guichet c’est ça ? » ; l’échange avec les usagers est sérieux. Souvent en recevant le tract, quelques uns nous glissent un mot d’encouragement « Ne lâchez pas ! ». Il ne faut pas se mentir, cela fait chaud au cœur.

8h30 : prise de parole devant la gare. Les regards sont graves, les mots sont durs : « Pour la direction SNCF infra circulation qui gère la gare de Castelsarrasin, cette surpression n’est que la suite logique du démantèlement du service public ferroviaire engagé depuis plusieurs années. Processus néfaste qui connait une accélération inquiétante depuis la réforme ferroviaire du 4 août 2015. Réforme que nous avions combattu, alertant sur les graves dangers qui allaient en découler », témoigne le secrétaire du syndicat, Marc Martel.

Effectivement, pour nous, syndicat CGT-Cheminots du Tarn et Garonne, cette suppression de poste est inadmissible.
Nous appelons les élus, les usagers, la population en général à se mobiliser pour empêcher cette fermeture de gare.

Cette bataille pour la défense de la gare de Castelsarrasin est à la croisée des différentes luttes que nous menons. A savoir une égalité d'accès au transport, un aménagement du territoire équilibré et un service public ferroviaire d’avenir.

Ce combat doit être mené tous ensemble, afin de permette le maintien, mais aussi le développement, d’un service public ferroviaire de qualité, de proximité, sécurisé et accessible à tous.

Comptez sur nous pour ne rien lâcher !
 
Thomas Portes

La pétition en ligne :
https://www.change.org/p/direction-régionale-sncf-midi-pyrénées-non-à-la-fermeture-de-la-gare-de-castelsarrasin

Prochain RDV : mercredi 16 novembre – entretien avec le maire de Castelsarrasin ; lundi 21 novembre – entretien avec le vice président aux transports de la région Occitanie.

Merci aux élu(e) qui nous ont apporté leur soutien :

Jean-luc Gibelin ; Olivier Dartigolles ; Cécile Duflot ; Marie Piqué ; Myriam Martin ; Nicolas Cossange ; Dominique Satgé ; Ian Brossat ; Jean-Michel Ruiz ; Julien Bayou ; Cecile Cukierman ; Vergiat Marie-Christine ; Céline Malaisé ; Marine Tondelier ; Laurence Pache.

Merci aux syndicalistes :
Sophie Binet , Jean-Pierre Mercier ; Gérard Filoche ; François Ruffin ; Lina Desanti ; Marie Nadal

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article