Grève à Carrefour contre le travail du Dimanche (Loi Macron)

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Grève à Carrefour contre le travail du Dimanche (Loi Macron)
Les syndicats du magasin Carrefour organisaient, ce mardi, une journée d’action devant le centre commercial de Givors 2 Vallées, pour protester contre le projet d’ouverture le dimanche matin. « Il est de ces cadeaux de Noël que l’on souhaiterait ne jamais recevoir. » C’est avec un brin d'ironie que la CGT affirme son opposition. À travers un tract le syndicat dénonce le projet d’ouverture de toutes les enseignes du groupe le dimanche matin, actuellement défendu par la direction nationale.

« Nous sommes absolument opposés à cela, notamment en raison des risques psychosociaux que cela engendrerait, peste Emmanuel Dalla-Monta, délégué syndical sur le magasin de Givors. Cela aurait des effets néfastes sur la vie de famille. Le dimanche serait banalisé et deviendrait un jour comme les autres, alors qu’il permet de prendre du temps pour sa famille ou pour des activités associatives. »

De son côté, la direction de Carrefour France reste silencieuse, informant simplement que « des négociations sur les modalités de mise en œuvre du travail le dimanche matin jusqu’à 13 heures sont en cours. »

D’après le document fourni par la CGT, les nouveaux besoins des clients et la pression exercée par la concurrence ont fait céder le groupe à l’ouverture dominicale. Ces arguments feraient partie de ceux mis en avant par la direction nationale de Carrefour.

Pour y faire face, celle-ci envisagerait d’ouvrir ses magasins le dimanche matin, embauchant de nouveaux salariés dédiés au travail du week-end, et affirmant le principe du volontariat pour les salariés déjà en place. « J’ai bien peur que ce soit à géométrie variable. Autrement dit, que ce soient toujours les mêmes qui trinquent », dénonce Emmanuel Dalla-Monta.

Soutenue par la CFDT et FO, la CGT a décidé de montrer son mécontentement, en appelant les salariés de Carrefour Givors à un mouvement de grève. Un débrayage était notamment organisé à partir de 8 h 30, devant le centre commercial.
 
«Nous distribuerons des tracts aux clients en leur expliquant que plus ils viennent faire leurs courses le dimanche, plus ils obligent les employés à venir travailler ce jour-là, admet le délégué syndical. C’est une porte ouverte à de nombreuses dérives. Si Carrefour venait à ouvrir, tous les autres magasins de la galerie se mettraient à ouvrir. Ce serait une grave atteinte à notre mode de vie. »
 
Autre discorde, la rémunération. « Actuellement, le magasin est ouvert exceptionnellement 9 dimanches par an, notamment avant les fêtes de fin d’année. Ces journées sont payées 200 % en plus du salaire quotidien habituellement perçu, confie Emmanuel Dalla-Monta. Cet accord remet tout en cause, puisque s’il est signé, les salariés ne toucheraient plus que 50 %. »

Les négociations entre les deux parties devraient prendre fin le 8 décembre. D’ici là, d’autres actions devraient être menées dans différentes enseignes de la marque en France.

Sources Le Progrès

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article