Henry Gabrielle : lettre des communistes de Saint Genis Laval (69) à "Agir à Gauche"

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Henry Gabrielle : lettre des communistes de Saint Genis Laval (69) à  "Agir à Gauche"
  • A Catherine Albert Perrot, Présidente de Agir à Gauche,
  • A Thierry Monnet, Conseiller municipal d’Agir à Gauche,
  • Aux membres d’Agir à Gauche,

Lors de la réunion d’Agir à Gauche du 10 décembre 2016, il a été évoqué la situation de l’hôpital Henry Gabrielle. Le compte rendu que nous avons reçu fait apparaitre une situation très particulière avec un double langage d’Agir à Gauche : une expression publique, pétition et expression au conseil municipal avec un vœu pour le maintien de l’hôpital Henry Gabrielle à St Genis Laval, et en privé le soutien du projet de Gérard Collomb avec le transfert d’Henry Gabrielle à Desgenettes.

Les Communistes de St Genis Laval sont outrés par cette lecture, et ils réaffirment leur soutien au Comité de Défense de cet hôpital. Ils soutiennent Gilles Pereyron (élu au conseil municipal d’Agir à Gauche pour le PCF) pour porter la défense du maintien d’Henry Gabrielle sur St Genis Laval.

Nous sommes en désaccord avec l’analyse de la situation comme nous sommes en complet désaccord avec la méthode ambigüe qui contribue à discréditer les partis politiques.

Nous réaffirmons que notre position n’est pas une position de façade pour mettre en difficulté le maire de St Genis Laval. Nous aurions la même position sur le sujet, quelle que soit la couleur politique du maire, à partir du moment où celui-ci serait favorable à la fermeture de Henry Gabrielle.

Extrait du compte rendu

On sait que du point de vue financier et technique, ou encore des transports en communs, le maintien d’H.G est difficilement défendable, de plus, ce serait une erreur d’accuser uniquement G. Collomb pour cette fusion annoncée avec Desgenettes, le problème est plus large que cela (restructuration globale des HCL)

Ce qui est certain, c'est qu'une association comme Agir à Gauche, sur ce sujet doit pouvoir favoriser l’information, susciter le débat, écouter le pour et le contre, il aurait été bien de faire une réunion publique, la période ne s’y prête plus pour l’instant (élections) il faudra savoir tirer les leçons de cet événement pour ne pas refaire ce genre d’erreur !

Dès que la période s’y prêtera, il serait bien d’organiser une réunion avec des personnes du milieu médical qui pourraient donner un éclairage complémentaire, de plus, une commission générale aurait pu être créée (si 1/3 des élus le demandent, et c’était le cas !).

Dans votre compte rendu vous affirmez que ce dossier est indéfendable, et vous évoquez 3 arguments qui d’après vous suffisent à la fermeture de Henry Gabrielle.

Nous notons que ce sont les mêmes que notre Maire Rolland Crimier, ainsi que ceux de Gérard Collomb.

Le FINANCIER : il est prévu de réhabiliter Desgenettes pour que celui-ci puisse accueillir les patients d'Henry Gabrielle, car pour l’instant celui-ci ne dispose pas des équipements (gymnase et piscine) et structures pour ce type de patients. La somme prévue est de 30 millions d’Euro.

Depuis plus de 30 ans, les HCL n’ont pas mis un Euro dans la réhabilitation de l’hôpital, ce qui a contribué à son vieillissement. Mais malgré cela, Henry Gabrielle est opérationnel et possède les équipements nécessaires à ce type de patients. La somme de 30 millions serait plus utile et efficace pour les soins et la rénovation d’Henry Gabrielle.

La TECHNIQUE : sur ce point, il n’y a aucune discussion possible ! Henry Gabrielle est un hôpital spécialisé dans la rééducation, en réadaptation fonctionnelle, en traumatologie et neurologie (maladies neurodégénératives"). En terme de "maladies neurodégénératives", c'est justement sur cette dernière spécialité que se développe Henry Gabrielle, à travers la prise en charge de la Maladie de Parkinson (prise en charge innovante selon les HCL).

L’Hôpital Desgenettes est un hôpital généraliste qui n’est pas du tout spécialisé sur les pathologies des patients d’Henry Gabrielle. L’expertise est bien à Henry Gabrielle. La preuve, après la réhabilitation de Desgenettes, c’est bien le personnel de Henry Gabrielle qui sera délocalisé à Desgenettes.

Sur les soins, le complément à l’efficacité de l’équipement est sa situation avec un parc de 10 hectares qui permet aux patients qui sont pratiquement tous en long séjour (plusieurs mois si ce n’est plusieurs années pour certains) d’avoir un environnement favorable, ce qui ne sera pas le cas à Desgenettes.

Et l’argument de Gérard Collomb ou Roland Crimier parlant de médecine de guerre, quelle est sa réalité ? Beaucoup de militaires gravement blessés n'ont pas forcement de blessures médullaires, et si l'armée s'attend à un afflux d'opérations militaires (c'est l'inverse qui se produit en ce moment, en dehors de bombardements aériens), pourquoi ferme t-elle ses hôpitaux.

Pour les attentats, sur ce qui c'est passé à Paris, comme à Nice, aucun blessé n'a été soigné dans un hôpital militaire. Donc, l'expertise est bien du coté de l'hôpital civil, et non militaire. Comme nous l’avons dit plus haut, Desgenettes est un hôpital généraliste (il suffit d’aller sur son site pour voir les soins) et pour rentabiliser cet hôpital, l’armée l’ouvre au civil.

Le TRANSPORT : L’accès à l’hôpital serait problématique. Rappelons d’abord qu’Henry Gabrielle est un hôpital spécialisé (il n’en existe que 2 en France) la grande majorité des patients ne vient pas de la métropole Lyonnaise, donc l’accès pour beaucoup est routier avec l’autoroute A7 à proximité, ce qui le rend aussi accessible que Desgenettes.

Concernant les transports en commun Lyonnais, avec le métro arrivant à l’hôpital Lyon Sud, l’accès en transport en commun sera aussi aisé que pour Desgenettes qui sera desservi par la future ligne de tram.

Pour le personnel soignant, la grande majorité habite dans la périphérie de l’hôpital H.G, et cela va leur poser un problème : soit ils choisiront de se rapprocher de leur lieu de travail, soit ils augmenteront considérablement leur temps de trajets et l’utilisation de la voiture. Avec les horaires spécifiques du milieu hospitalier, ils se retrouveront dans les heures creuses des transports en communs. Par exemple, pour une sortie du travail le soir à 21h30, le retour sur St Genis en transport en commun depuis Desgenettes, c’est plus d’1 heure de trajet.

Alors pourquoi ce projet de fermeture ?

Oui, c’est une orientation politique de notre gouvernement : le regroupement des hôpitaux pour mutualiser le personnel (mais bien sur avec globalement moins de lits) et faire « des économies ».

Les HCL et Gérard Collomb profitent de cette situation, ainsi que du désengagement de l’armée pour récupérer un site et permettre certainement la vente du Parc de Henry Gabrielle.

Et bien oui les politiques nationales ont bien des conséquences sur les politiques locales, comme la politique de la métropole impacte aussi les communes. Ne vous en déplaise, Gérard Collomb fait bien partie des décideurs sur ce dossier, tout comme l’Etat et l’ARS. Il y a bien coresponsabilité, mais le choix fait par le président de la Métropole et des HCL sera évidemment déterminent.

Nous vous écrivons pour vous dire que nous défendrons le maintien de Henry Gabrielle sur Saint Genis Laval, ainsi que toutes les initiatives que prendra Gilles Pereyron qui a notre soutien.

Nous souhaitons vivement que Agir Gauche dans son ensemble se mobilise pour les patients et le personnel de l’hôpital Henry Gabrielle, c’est pourquoi nous restons ouverts à une réunion spéciale sur la question de cet hôpital.

Fraternellement

Les communistes de St Genis Laval et le secrétaire de la section

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article