La lutte pour le maintien de l'Hôpital Henri Gabrielle à Saint Genis Laval se poursuit..

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

La lutte pour le maintien de l'Hôpital Henri Gabrielle à Saint Genis Laval se poursuit..
Les salariés et les malades de l'Hôpital Henry Gabrielle ne lâchent rien pour sauver cet hôpital public utile a tous.
 
Après leur soirée pizza a la cafeteria où le candidat communiste de la 12ème circonscription du Rhône, Bertrant Mantelet leur a rendu visite pour réaffirmer sa pleine solidarité, ils envisagent de nouvelles initiatives de lutte pour sauver ce service public gravement menacé.
 
Ils ont réalisé un communiqué de presse suite à la réponse du socialiste Gérard Collomb président de la métropole de Lyon à Mme Perrin Gilbert qui l'interrogeait lors de la séance du Conseil de la Métropole du 12 décembre et à laquelle il a maintenu sa position de transférer les activités de Saint Genis Laval à Degenettes avec les suppressions d'emplois qui accompagnent ce transfert.
 
La signature de la pétition se poursuit.

De nouveaux rendez-vous vont être pris notamment avec :

  • L’ Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône Alpes : cela a été fait jeudi dernier (avant de se jeter sur les pizzas)
  • Le ministère de la santé. S'il n'y a pas de réponse, il sera envisagé de monter à Paris pour frapper à la porte du Ministère avec des représentants des patients et des familles en nombre plus important  qu’ordinairement.

D'autres manifestations sont en réflexion notamment aller manifester devant la permanence du député Guilloteau de St Genis, Président du conseil départemental du Rhône. Malgré de nombreuses sollicitations  et depuis des semaines, il ne nous reçoit pas mais surtout il ne nous amène aucun soutien. 

Le siège des HCL, quai des Célestins ou encore ...la Mairie de Lyon sont aussi dans le collimateur.

Les prochains rendez vous :

- Mardi 20 à 14h : Mme Perrin Gilbert vient à Henri. Gabrielle.

- Mercredi 21 à 11h, à la mairie de Villeurbanne, rencontre avec 2 élus du groupe "métropole autrement"

- Jeudi 22 à 10h, mairie de Pierre Bénite.

Faites passer vos message de soutien à cgt-didier.machou@chu-lyon.fr

 

Lors de la séance du 12 décembre 2016, Monsieur Gerard Collomb, président du conseil de la métropole a répondu à une question écrite de Madame Perrin Gilbert, présidente du GRAM

Madame Perrin Gilbert intervenait pour défendre les arguments du Comité de Défense de l’Hôpital Henry Gabrielle. Ce Comité s’oppose à la fermeture du site de cet hôpital de rééducation fonctionnelle à Saint Genis Laval, et au transfert des lits sur l’hôpital des armées Desgenettes. Il estime que ce transfert va priver les patients handicapés d’un parc boisé, nécessaire au bien-être physique et psychique, indispensable à leur rééducation.

Dans sa réponse, Monsieur Collomb, fait un rapprochement entre médecine de guerre et accident de la route, ce qui est pour le moins curieux. Il oublie, que les premières causes de handicap sont les maladies neurologiques (AVC, Parkinson,…des handicaps qui peuvent nous toucher tous) qui n’ont rien à voir avec des blessures « sur le front ». Il indique que la réhabilitation d’Henry Gabrielle coûterait 40.ME.

Or 30ME sont déjà attribués à l’aménagement de Desgenettes (bâtiment plus vieux de 20 ans qu’Henry Gabrielle).

Nous estimons que des patients handicapés qui vont rester des mois, voire de années ont besoin d’un environnement qui puisse les faire « évader » des 4 murs de leur chambre, et qu’ils méritent un investissement supplémentaire. D’ailleurs, le slogan des Hospices Civils de Lyon affirmant que la « thérapie fait partie intégrante du soin » confirme notre appréciation.

Monsieur Collomb, s’appuie sur les travaux en cours sur Edouard Herriot et sur « Pradel », pour ne pas investir sur Henry Gabrielle.

Pourquoi, des patients lourdement et durablement atteints ne pourraient pas eux aussi bénéficier de travaux conséquents, même s’ils sont soignés en dehors de Lyon ?

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article