Présidentielle 2017 : dernier sondage connu celui de l'Opinion

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Présidentielle 2017 : dernier sondage connu celui de l'Opinion

Après les disparitions de Duflot, Sarkozy, Juppe et Hollande les choix possibles se restreignent. Certes l'inconnue principale est la candidature officielle du Parti Socialiste qui n'interviendra que courant janvier suite à sa primaire.

Le week-end sera difficile dans ce parti au pouvoir après le renoncement de Hollande, déchiré entre les ambitions de Valls qui devrait s'il se présente, affronter Mondeboug, et une partie des cadres qui a envie de rejoindre Macron qui n'a pas eu le courage de passer par la primaire de peur de sombrer, tel un lâche il concourt hors parti et refuse d'assumer son bilan de ministre notamment les terribles lois Macron passées à coups de 49/3.

Valls devra assumer seul le bilan catastrophique de Hollande et le sien, tandis que Mondebourg a l'avantage d'avoir pris ses distances avec la politique de Hollande. Cela suffira t-il pour emporter l'adhésion des militants socialistes ? Gérard Filoche émet des doutes et appelle au rassemblement des socialistes critiques et frondeurs (Filoche - Mondebourg -Lienneman - Hamon) autour d'une candidature unique qui aurait dès lors plus de chance de l'emporter.

En attendant, les candidatures à la Présidentielle 2017 se multiplient notamment celle du PRG avec Sylvia Pinel. D'autres personnalités telles que Martine Aubry, Christiane Taubira et François Bayrou y réfléchissent.

Le sondage ci-dessous ne donne donc qu'une vue temporaire des choix de l'opinion qui risquent de bouger fortement dans les prochains jours.

Celui-ci ne révèle pas de modification importante : Fillon derrière son succès à la primaire des Républicains caracole en tête avec près de 30% suivi de Marine Le Pen donnée à 23%. Viennent ensuite Macron avec 15% et Mélenchon avec 12%. Valls ne dépasserait pas les 10% et n'obtiendrait que 9.5%

L'éclatement de la gauche fait le jeu des candidats de la droite et de l'extrême droite à l'issue du 1er tour, et l'un des deux l'emporterait au second tour.

La question la plus lourde est donc posée à l'ensemble de la gauche anti-austérité et écologique: faut-il accepter ce scénario, faire comme s'il était indépassable et se contenter d'être des candidats de témoignage ou alors reprendre confiance et remonter les manches de l'union et travailler à une candidature unique de la gauche anti-austérité et écologique?

C'est le débat et ces décisions que nombre de militants, d'électeurs de gauche attendent, sans cela, beaucoup risque de rejoindre les rangs de l'abstention.

Commenter cet article