Ecopla : importante déclaration de l'UD CGT de l'Isère

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Ecopla : importante déclaration de l'UD CGT de l'Isère

Les salarié-e-s d’Ecopla ont décidé d’annuler l’Assemblée Générale du 2 janvier. Si de nombreux soutiens nous ont fait connaitre leur surprise et leur déception, tous s’accordent à dire que les décisions des Ecopla priment dans la bagarre.

La mobilisation a pris corps dans cette bataille contre l’injustice, pour défendre le travail et notamment le travail industriel. Les ECOPLA entendent assurer cette défense au travers de la reprise de l’usine en SCOP. Ce combat a mobilisé dans la vallée du Grésivaudan, en Isère et bien au-delà. C’est le refus de subir qui s’est fait entendre par des syndicalistes et de façon importante par les populations.

Alors que nous étions nombreux mobilisés contre la loi dite « travail », les Ecopla portaient déjà leurs revendications.

En septembre, la mobilisation générale a été amorcée par les initiatives devant le tribunal (TGI) à Grenoble. Puis, sous l’impulsion des Ecopla et avec l’aide du journal Fakir, l’Assemblée générale du 14 décembre à la Bourse du Travail a connu un retentissement certain. Les collectifs de lutte se sont renforcés et amplifiés pendant les 3 jours et 2 nuits passés à protéger les outils de production de l’usine à St Vincent de Mercuze, la veille s’est prolongée via un collectif du Grésivaudan.

Par ce communiqué la CGT salue le courage des salarié-e-s, comme la détermination des populations. Nous connaissons, et combattons, la violence du capitalisme et notamment des libéraux industriels, indépendamment de leur nationalité : « leur règle d’or » étant l’accumulation de profit au mépris de la démocratie.

Le découragement n’a pas de place dans nos combats, nombreuses sont les luttes à mener sur les lieux d’exploitation : usines, administrations, hôpitaux….

Nombreux sont les conquis sociaux à préserver: sécu, droit du travail, libertés syndicales, gratuité des locaux syndicaux…

Nombreux sont les conquis à gagner : égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, 32h, droits nouveaux pour les travailleurs des petites entreprises…

Dans un contexte où les attaques contre les salarié-e-s s’amplifient, nous rejetons toutes les divisions. Le 10 janvier se tiendra au ministère la première rencontre de négociation entre cette SCOP en devenir et l’industriel à qui le tribunal a attribué de façon « surprenante » les machines.

La Cgt attachée à l’avenir de l’industrie, soutien fortement toutes les mobilisations permettant de préserver l’emploi à Ecopla à St Vincent de Mercuze.

Il nous faut contester les choix économiques et sociaux, s’organiser et lutter.

Grenoble, le 3 janvier 2016

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article