Nice:Huit mois de prison avec sursis requise pour avoir aidé des migrants

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Nice:Huit mois de prison avec sursis requise pour avoir aidé des migrants

Huit mois de prison avec sursis ont été requis mercredi contre un agriculteur du sud-est de la France, accusé d’avoir aidé quelque 200 migrants en situation irrégulière à franchir la frontière franco-italienne, de les avoir transportés et hébergés.

Cédric Herrou, habitant de la vallée de la Roya, une région rurale située sur les hauteurs entre Menton et l’Italie, est devenu l’emblème de l’accueil des réfugiés par des habitants.

Le jugement sera rendu le 10 février.

"Même si vous me condamnez, on continuera", a-t-il déclaré mercredi à la barre du tribunal correctionnel de Nice. "Il faut le faire. Des mineurs sont morts en marchant le long des voies de chemin de fer", a-t-il souligné.

Face à l’afflux de migrants, la frontière entre la France et l’Italie est davantage contrôlée depuis l’été 2015.

Devant le tribunal, le trentenaire a dit avoir mis sa vie de côté pour aider les migrants, dont la majorité venait d’Erythrée. Il a logé ces migrants dans deux caravanes et cinq tentes puis les a transportés vers des gares non contrôlées dans un véhicule acheté spécialement par un collectif créé pour répondre à la crise des migrants.

Il a été interpellé le 8 août après avoir transporté huit migrants entre l’Italie et la France. Invoquant une "immunité humanitaire", le parquet des Alpes-Maritimes ne l’avait pas poursuivi.

Il a ensuite été arrêté le 20 octobre pour avoir organisé avec d’autres un centre d’accueil sauvage dans des locaux désaffectés de la SNCF. La SNCF a porté plainte et le site a été évacué par les forces de l’ordre alors que 29 migrants mineurs et 28 majeurs s’y trouvaient.

Six témoins sont venus lui apporter leur soutien lors du procès.

"Moi aussi j’ai pris des gens en galère dans ma voiture, on ne peut pas les laisser au bord de la route, on ne peut pas tourner la tête", a déclaré Michel Masseglia, adjoint au maire de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes) et membre du collectif.

Le tribunal de Nice rendra vendredi son délibéré dans une affaire similaire, celle de Pierre-Alain Mannoni, un enseignant chercheur arrêté en octobre avec des Erythréennes à bord de son véhicule et contre lequel six mois de prison avec sursis ont été requis. ont été requis mercredi contre un agriculteur du sud-est de la France, accusé d’avoir aidé quelque 200 migrants en situation irrégulière à franchir la frontière franco-italienne, de les avoir transportés et hébergés.

Publié dans Libertés Démocratie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article