Quand le système de santé se grippe…

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Quand le système de santé se grippe…

Saluons le dévouement, l’abnégation des personnels de santé à travers l’ensemble du pays, contraints de faire des miracles face à l’épidémie de grippe, dans un état de surchauffe des hôpitaux et des services d’urgences. Ces derniers sont devenus les maillons les plus exposés venant combler et révéler les carences de structures de la médecine de proximité et la baisse drastique du nombre de lits dans les hôpitaux. Ces professionnels n’ont pourtant pas manqué ces dernières années d’alerter avec leurs organisations syndicales sur leurs conditions de travail, incompatibles avec une prise en charge digne des patients, sur le manque de lits et les effets désastreux des différentes lois qui ont déshabillé notre système de soins.

Il ne pouvait pas en être autrement dès lors que priment d’absurdes objectifs budgétaires défendus par des gouvernements successifs qui cachent une nouvelle manière d’engraisser les groupes privés, lorgnant sur cette part considérable de la richesse nationale. Voilà la raison essentielle pour laquelle les pouvoirs n’écoutent ni les salariés, ni les élus locaux ! L’autosatisfaction affichée il y a encore quelques semaines par la ministre de la Santé pour tenter d’enjoliver un bilan quinquennal désastreux se heurte à la vérité des faits. Aucune déclaration ministérielle, aucun communiqué gouvernemental, aucune réunion même tenue dans les salons élyséens ne peuvent les effacer pas plus que la responsabilité des choix qui les ont produits ! Quelle attitude irresponsable de demander aux hôpitaux de déprogrammer des opérations considérées comme non urgentes ou de faire libérer des lits qui font défaut pour traiter une épidémie dont on sait qu’elle se répète chaque année. Un sentiment de honte nous gagne au moment où notre pays, autrefois mondialement reconnu pour l’efficacité de son système de soins, est pris au dépourvu par une épidémie de grippe saisonnière qui progresse sur la bêtise comptable posée sur l’autel de l’argent roi.

Le nouveau plan d’économie de plus de 3 milliards prévoit la suppression de 22 000 postes ainsi que de nouvelles suppressions de lits. C’est avec de telles mesures que le gouvernement a pu fanfaronner sur le prétendu « équilibre » retrouvé des comptes de la sécurité sociale. On en voit aujourd’hui le coût humain, alors même que ces économies ne sont pas encore réalisées…

Il faudrait aussi demander au sourcilleux M. Fillon, armé du poignard qu’il compte planter dans le cœur de la sécurité sociale, s’il considère la grippe comme une infection grave, ou s’il préfère attendre que les patients soient à l’article de la mort pour la considérer comme telle ? Si la grippe n’est pas considérée comme une infection grave, faut-il attendre que le seuil épidémique soit atteint et les coûts pour la collectivité en termes de prise en charge et de soins décuplent pour qu’elle devienne l’affaire de la puissance publique ? L’absurde rejoint l’inhumain avec ces politiques budgétaires à la petite semaine qui ne connaissent que les soustractions. Plus de 20 milliards d’euros d’économies sur les dépenses de santé sont prévus par le candidat de la droite. En réalité, elles pourraient s‘avérer d’un coût humain et financier bien supérieur aux économies prévues, surtout si perdure la catastrophe environnementale et les pollutions en tous genre qui entament toujours plus la santé de chacun. Voilà démontrée à l’épreuve des faits non seulement le ridicule mais aussi le caractère foncièrement inhumain des politiques libérales.

Pourquoi vouloir briser le principe de solidarité alors que les virus, contrairement aux politiques, ne choisissent pas leurs victimes. Riches ou pauvres, étrangers ou français, chacune et chacun doit pouvoir bénéficier sur le territoire national du système de solidarité qu’induit la sécurité sociale. Elle est un outil universel de solidarité. Il s’agit à la fois d’un principe moral et d’une garantie d’efficacité.

La qualité de soins et d’accueil dans les infrastructures de santé suit depuis une trentaine d’année la pente funeste de cette gestion libérale et bureaucratique. Avec force, il convient de rappeler la position centrale de l’hôpital dans notre système de santé en débloquant les moyens à hauteur des besoins, avec plus de lits d’aval et une médecine de proximité pour prévenir et empêcher que les infections n’atteignent des seuils épidémiques.

La médecine ambulatoire, nouveau mantra pour légitimer la purge en cours dans les hôpitaux publics, ne peut être bénéfique que si elle s’insère dans un parcours de soins bien défini dans l’intérêt du patient, et non comme un moyen de débarrasser les hôpitaux de malades considérés comme étant en situation « moins grave » que d’autres, qui sont « invités », le jour même d’une intervention à rejoindre leur domicile.

Décidément « l’humain d’abord », est une nécessité  pour l’efficacité. Le combat pour la santé est un autre exemple de la nécessité de rompre avec les privations et privatisations pour porter haut le flambeau des moyens publics pour le bien commun.

Patrick Le Hyaric

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article