Lycées : une situation désastreuse !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Lycées : une situation désastreuse !

Nous reproduisons cet article des jeunes communistes du Nord car dans de nombreuses régions de France, les jeunes lycéens rencontrent une situation identique à celle vécue par ceux de la Région Nord Pas de Calais Picardie.

"Aujourd’hui, et depuis déjà pas mal de temps, la jeunesse, censée être une priorité pour le gouvernement, voit ses conditions d’études dépérir. Alors que nombre de lycées se voient sortir des dispositifs d’éducation prioritaire, les besoins augmentent mais les moyens ne suivent pas.

Les conditions d’apprentissage dans les lycées sont désastreuses.

Du point de vue des infrastructures, beaucoup de lycées voient le thermomètre descendre chaque hiver sous les 14° (notamment au lycée Pasteur de Lille où les salles de sciences sont à 12°) sans que la Région, pourtant informée, ne prenne d’initiative. Très récemment, des élèves se sont mis en grève pour obtenir la réparation du chauffage au lycée Pierre Forest de Maubeuge, et ont obtenu gain de cause.

Il est nécessaire d’avoir de bonnes conditions matérielles afin d’étudier correctement. L’apprentissage se fait bien trop souvent dans des conditions désastreuses. Les professeurs ne sont pas ou sont mal formés à la pédagogie et les classes atteignent parfois 40 élèves. Il est impossible de créer un suivi personnalisé dans ces conditions.

Le matériel mis à disposition par les lycées est bien souvent défaillant, trop âgé (ordinateurs de plus de 10 ans voire absents) et ne permet pas non plus des études efficaces. Le personnel informaticien est bien souvent démuni, n’ayant pas les ressources pour améliorer cela.

Alors que le lycée devrait faire sa priorité de guider les élèves en vue de leur orientation post-bac, dans certains établissements, le personnel d’orientation n’est présent qu’une demi-journée par semaine. Il est courant de devoir attendre un à deux mois avant d’avoir un rendez-vous (sans forcément avoir de réponses satisfaisantes aux interrogations de l’élève après le rendez-vous, par manque de formation des conseiller.e.s). De plus, l’avis final d’orientation n’est pas toujours celui du lycéen, alors qu’il semble nécessaire que ce soit lui qui ait le dernier mot à propos de son avenir.

Le problème de l’orientation est bien plus large : en même temps que des filières de bac professionnel sont supprimées, on ferme des usines. Il existe peu de réelles perspectives d’avenir pour les jeunes. Chaque élève sortant du lycée doit avoir accès à une formation ou à un métier.

De même qu’il est important que les élèves puissent choisir leur orientation, il est important qu’ils puissent choisir leurs options parmi un choix varié. A l’heure actuelle, de nombreux lycées de quartiers populaires voient leurs options d’arts et de musique supprimées, comme dans l’académie de Bordeaux. Il est inconcevable de faire des économies au détriment des élèves.

Il est nécessaire que les élèves des lycées d’éducation prioritaire aient les mêmes chances et les mêmes droits que les autres et que l’orientation ne soit plus un modèle de reproduction sociale, mais un moyen d’émancipation de la jeunesse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article