Henry Gabrielle, le comité de défense s'adresse à François Hollande

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Henry Gabrielle, le comité de défense s'adresse à François Hollande

Le mardi 21 mars, à l'occasion de la venue de M. François Hollande à Vaulx-en-Velin, le comité de défense été reçu à la préfecture par un de ses conseillers, M. Prochasson. Ce dernier nous a indiqué que le comité avait "des arguments forts sur le parc, qu'il fallait entendre".

Vous trouverez ci après la lettre que nous lui avons adressé suite à cette rencontre.

Saint-Genis-Laval le 24 Mars 2017

Monsieur le Président,

Mardi 21 mars 2017, lors de votre déplacement à Vaulx en Velin, nous avons été reçus par Mr Prochasson, votre Conseiller, accompagné de Mr Chevrier, Sous-Préfet du Rhône et de Mr Robelet, Représentant de l’ARS.

Avant de revenir sur cet entretien, nous voulons vous rappeler qu’en 2013, l’Hôpital Edouard Herriot, établissement emblématique des Hospices Civils de Lyon était menacé de fermeture.

Mr Collomb, Sénateur Maire de Lyon, Président du Conseil de Surveillance des HCL, avait rencontré Mme Marisol Touraine, pour défendre le maintien du site. C’est la somme de 40.000.000 d’euros qui a été attribuée pour maintenir l’établissement, le rénover et le développer.

Comme Mr Prochasson aura l’occasion de vous le dire, l’Hôpital des Armées Desgenettes doit récupérer l’activité médicale de l’hôpital Henry Gabrielle. Nous voulons sauver l’hôpital Henry Gabrielle et empêcher sa fermeture, car l’hôpital Desgenettes se trouve en plein centre de Lyon et ne dispose d’aucun espace vert. Le parc de 10 hectares d’Henry Gabrielle est indispensable à la rééducation des patients en situation de handicap ainsi qu’à leur bien être physique et psychologique.

Aujourd’hui, ce sont les patients hospitalisés et leurs familles, les anciens patients et leurs familles, les centaines de personnes qui signent nos pétitions, les dizaines de milliers de personnes qui visitent notre page Facebook qui vous demandent d’intervenir auprès des HCL pour qu’ils reconsidèrent leur position et qu’ils prennent en compte l’avis des Usagers.

L’Association des Paralysés de France, le Vice-Président du Conseil de Surveillance des HCL, Président du Collectif Inter-Associatif sur la Santé Auvergne Rhône-Alpes ont pris publiquement position pour le maintien du site sur la commune de Saint Genis Laval.

M. Roland Abderrahman et, Mme Réjane Battaglia patient et famille, ont témoigné de leur vécu.

Roland Abderrahman a pu expliquer à votre Conseiller, à quel point le parc et son environnement est essentiel pour lui car il est resté cinq mois enfermé dans sa chambre, à plat ventre, et que le jour où il a pu sortir dans cet espace verdoyant l’a aidé à avancer dans sa rééducation.

Réjane Battaglia a pu décrire la situation de son mari, tétraplégique depuis 3 ans à la suite d’une infection nosocomiale lors d’une chirurgie. Chose exceptionnelle à Henry Gabrielle, son époux a pu sortir dans le parc avec son lit, après une hospitalisation de 18 mois. Les extérieurs dont disposent ce site lui a permis de s’aérer et de sourire pour la première fois depuis son accident.

Nous avons eu l’occasion de répondre à Mr Prochasson, sur les arguments avancés par les HCL, sur la vétusté des bâtiments ainsi que sur l’isolement du site et l’éloignement des plateaux médicaux.

Nous avons pu répondre point par point, que l’Hôpital Henry Gabrielle se trouve à 2,5 km du Centre Hospitalier Lyon Sud (3 IRM, 3 scanners, plus de 20 salles de bloc et toutes les spécialités médicales et chirurgicales).

Les patients hospitalisés à Henry Gabrielle sont stabilisés neurologiquement et ne nécessitent pas la proximité d’un hôpital neurologique.

L’investissement financier prévu pour l’hôpital Desgenettes doit revenir à l’Hôpital Henry Gabrielle pour sa rénovation.

Mr Robelet, Représentant de l’ARS, nous a, ce jour là, indiqué que la Direction de l’ARS n’a ciblé aucune décision. Nous lui avons répondu que c’est tout de même la politique de santé imposée, depuis plusieurs années, qui résulte de ce choix.

Nous avons exposés à Mr Prochasson les arguments incontournables des patients tels que :

L’environnement, le parc qui sert à la rééducation active pour apprendre à vivre en fauteuil, la balnéothérapie, des services spécialisés, un laboratoire de recherche, un terrain de tennis, deux terrains de basket, un terrain de football, une auto-école qui permet aux patients de réapprendre à conduire en toute sécurité et en toute quiétude dans l’enceinte de l’établissement.

A proximité de l’établissement, il y a un centre commercial, qui permet aux rééducateurs de mettre les patients en situation afin de retrouver une autonomie. La ville de St Genis Laval est centrée depuis plus de 40 ans autour de l’Hôpital. La voirie, les logements, la présence d’une structure APF, tout est adapté pour le handicap.

Le projet médical de coopération civilo-militaire est ambitieux et si les HCL considèrent que l’expérience acquise depuis 1969 à Henry Gabrielle (188 lits de rééducation actuellement) nécessite l’expérience de l’hôpital Desgenettes (15 lits de rééducation) pourquoi pas. Comme a pu le dire Roland, à votre Conseiller, un patient handicapé qu’il soit civil ou militaire, se sentira bien mieux, et récupérera plus rapidement, à Henry Gabrielle que dans le béton de Desgenettes.

Lors du dernier CTCE du 7 février 2017, le Directeur Général des HCL a présenté les scénarios, la rénovation d’Henry Gabrielle en fait partie.

Les HCL axent leur projet médical, en particulier, sur le développement de la recherche. Actuellement, il existe deux laboratoires de recherche sur le mouvement, l’INSERM et CNRS, un à Henry Gabrielle et l’autre sur l’hôpital neurologique. La fermeture d’Henry Gabrielle entrainerait la disparition d’un laboratoire, donc deux fois moins de patients qui bénéficieront de cette recherche.

Nous avons aussi évoqué, que la fermeture de notre hôpital, était liée aux « restrictions budgétaires », et que la raison de la vente de ce site exceptionnel s’inscrivait dans le « plan de retour à l’équilibre des HCL ». Nous considérons que face à ses contraintes la parole des patients et de leurs familles devaient être prise en compte. Comme a pu le déclarer Mme Marisol Touraine

Tout existe déjà à Henry Gabrielle, il suffit de le rénover. Ils peuvent construire des aménagements à Desgenettes mais ils ne pourront jamais recréer l’environnement indispensable à l’épanouissement des patients.

Comme le dit Emilien, jeune pompier volontaire, victime d’un AVC traumatique, « aller à Desgenettes équivaut à un enfermement ».

Monsieur le Président, les Patients, leurs Familles, les Usagers, les Saint Genois et les Soignants se sont exprimés. Henry Gabrielle doit rester à Saint Genis Laval. Nous vous demandons d’écouter et d’entendre l’avis primordial de ces milliers de personnes et stopper le projet afin de construire ensemble un réel futur pour l’Hôpital Henry Gabrielle. Nous renouvelons notre invitation à venir vous rendre compte par vous-même de ce qu’apporte ce site aux personnes qui y sont hospitalisés

Veuillez recevoir, Monsieur le Président, nos respectueuses salutations,

Pour le Comité de Défense de l’Hôpital Henry Gabrielle

Les membres de la délégation du 21 mars 2017 : M. Roland Abderrahman, Mme Réjane Battaglia, Mme Pia Boizet, Mme Cecile Darid, M Didier Machou.

Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article