Présidentielle 2017 : l’accès aux soins, enjeu prioritaire pour les Français

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Présidentielle 2017 : l’accès aux soins, enjeu prioritaire pour les Français

L'accès aux soins pour tous et le financement de la protection sociale sont les principales préoccupations des Français en matière de santé, dévoile un sondage Harris interactive.

Ces attentes ont été soumises le 21 février 2017 aux candidats à l’élection présidentielle réunis au Palais Brongniart pour présenter leurs propositions sur ces sujets, à l’initiative de la Mutualité Française.

"Le système est bon mais pourrait être amélioré", "le meilleur système du monde", "du bon et du moins bon, un manque de médecins et de moyens", "des délais de rendez-vous à rallonge", "un remboursement insuffisant de l'optique et du dentaire"… Interrogés sur leur système de santé, les Français ont beaucoup à dire !

C'est ce qu'il ressort du sondage sur "Les attentes des Français en matière de santé" mené par Harris interactive pour la Mutualité Française, à l'occasion de l'événement Place de la Santé, qui s'est déroulé le 21 février 2017, au Palais Brongniart, à Paris.

Ces attentes sont particulièrement fortes : 72% des Français estiment en premier lieu que "les candidats ne parlent pas assez de santé durant cette campagne présidentielle". Et, lorsque ce thème est abordé, ils sont la même proportion à juger que les propositions sont déconnectées de leurs préoccupations.

"Si les candidats parlent de la santé, de la Sécurité sociale, ils devraient aussi s’intéresser à la santé des Français, commente Thierry Beaudet, le président de la Mutualité Française. Ce qui inquiète nos concitoyens, ce sont leurs restes à charge, leur besoin d’être accompagnés pour accéder à des soins de qualité, le risque de ne pas bénéficier de la bonne prise en charge au bon moment, quel que soit l’endroit où ils vivent."

Reste à charge en hausse

Parmi les principales préoccupations figurent, par ordre de priorité, le financement de la protection sociale et l'accès aux soins pour tous, "les deux enjeux clés de cette campagne en matière de santé", souligne Harris interactive.

Globalement, au vu de son déficit "très élevé", les Français manifestent, à 73%, leur inquiétude sur l'avenir de la Sécurité sociale, et 68% craignent que leurs soins soient moins bien remboursés à l'avenir.

D'ores et déjà, la perception de leur reste à charge a évolué : ils sont nombreux à avoir le sentiment que ce dernier a augmenté depuis cinq ans, quel que soit le type de soins. Ainsi, 52% des personnes interrogées pensent que leur reste à charge s'est accru pour les consultations chez les médecins spécialistes, 51% pour les lunettes et les prothèses auditives, et 50% pour les soins dentaires.

"Ce sentiment est légitime, estime Thierry Beaudet. La consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) est passée de 120 milliards d'euros à 195 milliards en quinze ans. Or, ce sont les Français qui supportent cette hausse, directement et indirectement, via la Sécurité sociale ou leur mutuelle. Rien que sur les sommes restant à la charge des ménages après remboursement de l'assurance maladie obligatoire et intervention des complémentaires, l’augmentation a été supérieure à 40%, soit près du double de l’inflation sur la même période !"

Déserts médicaux

Concernant l'accès aux soins, un peu plus d'un Français sur deux pense que l'organisation actuelle du système permet à toutes les personnes d'accéder à des soins de qualité. Néanmoins, plus de trois Français sur quatre assurent qu'obtenir un rendez-vous avec un spécialiste est devenu difficile.

Pour favoriser l'accès aux soins, les sondés mettent en avant la lutte contre les déserts médicaux, notamment en favorisant l'installation de professionnels de santé dans les zones sous-dotées.

Autre mesure citée pour améliorer l'accès à la santé : la nécessité de "jouer sur le levier financier, notamment en limitant les coûts pour les patients". A 87%, les Français jugent prioritaire de lutter contre les dépassements d'honoraires et à 83% de "limiter le prix ou augmenter les taux de remboursement pour certains produits", tels que les lunettes ou les soins dentaires.

Généraliser le tiers payant

Dans le même esprit, 77% des personnes interrogées se disent "favorables" à la généralisation du tiers payant. "Les Français ont raison de plébisciter le tiers payant généralisé !, relève le président de la Mutualité Française.

C’est le sens de l'histoire : sur 28 pays européens, 25 le pratiquent déjà. La dispense d'avance de frais est un service proposé par les mutuelles. Et, concrètement, pour les Français, il s'agit d'un vrai levier d'accès aux soins : si le tiers payant complémentaire était généralisé, ce seraient 11,2 milliards d'euros que ceux-ci n'auraient pas à avancer chaque année pour se soigner !"

Enfin, le sondage aborde la question de la répartition de la dépense de santé entre les différents financeurs. Un aspect qui divise plutôt les répondants. En effet, 42% des personnes interrogées pensent que la répartition actuelle ne doit pas changer. Au contraire, 36% estiment que les dépenses de santé devraient être davantage prises en charge par la Sécurité sociale que par les mutuelles, tandis que 20% pensent l'inverse.

A noter que la Sécurité sociale et les mutuelles jouissent d'une image positive auprès d'une majorité (respectivement 66% et 64%) de Français.

Cliquer ici pour consulter le sondage d'Harris interactive.

Sources la FNMF

Publié dans Législatives 2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article