Mélenchon, les graines de l'espoir par François Ruffin

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Mélenchon, les graines de l'espoir par François Ruffin

Ca sent le printemps et la poudre.

Je matais BFM TV, hier soir, après le meeting de Mélenchon à Toulouse (qui, en ce dimanche de Pâques, a rassemblé autant de monde que le pape à Rome !). Et pour commenter cet événement, qui trônait sur le plateau ? Un gars de Valeurs actuelles et un autre de Challenges, vive le pluralisme ! On rêve que, demain, après un meeting de Fillon ou Macron, un débat oppose un mec de L’Huma et un autre d’Alter Eco !

Bref, les deux étaient d’accord : JLM est une calamité bavardante, un « communiste », un « stal », tout juste bon à faire des hologrammes et des vidéos sur You Tube, des discours, ça oui, il s’y connaît en discours, mais soyons sérieux on ne gouverne pas la France avec des citations de Pablo Neruda ! Et d’ailleurs, BFM repassait en boucle la minute de Hollande sur « Mélenchon, c’est pas la gauche qui gouverne », comme si ce président pouvait délivrer des leçons sur la « gauche », ou même « gouverner »…

Il était filmé en très gros plan, ce sire déchu, on l’aurait dit suant, presque des gouttelettes, mais les deux gusses éditorialistes approuvaient le bon sens présidentiel. Enfin, ces dix minutes sur BFM, ça fleurait bon la peur.

Ca rappelait que les « chaînes » portent bien leur nom.
Ca rappelait, aussi, le joli mois de mai 2005. Là aussi, le président Chirac suppliait presque à la télé, les chiens de garde étaient bien dressés, et les sept plaies d’Egypte allaient s’abattre sur la France, les eaux de la Loire changées en sang, la pluie de grenouilles, la poussière muée en poux, etc.

Jusqu’où ça ira ? Je l’ignore, on l’ignore tous, JLM lui-même.

Il y a, dans les engouements populaires, une part de magie que le magicien lui-même, je parie, discerne mal. On peut tracter, on peut chasser les mensonges, on peut convaincre débat après débat, on le doit, même, il nous reste cinq jours pour cela, mais sans garantie de résultat.

Cependant, je voudrais dire ça, dès maintenant, et pour prévenir d’éventuelles déceptions : notre gauche à 15, 16, 17 %, c’est déjà énorme. C’est déjà plus que, avouons-le, je ne croyais, je n’espérais.

Quoi qu’il advienne, second tour ou pas, troisième place ou pas, Jean-Luc Mélenchon a remis notre gauche debout, sur les rails, prête à affronter les puissances d’argent, l’Europe des marchands, plaçant en son cœur l’environnement. (Comme d’hab, je délègue la politique étrangère, la Russie, la Syrie, etc., au Monde diplomatique.) Et nous voilà maintenant, grâce à lui, qui pouvons causer d’égal à égal, sans baisser les yeux, sans honte de notre assise, de notre légitimité, qui pouvons parler d’égal à égal avec l’extrême droite de Madame Le Pen, avec la droite extrême de Monsieur Fillon, avec la droite souriante de Monsieur Macron, et même toiser un peu (pas trop, pas de péché d’orgueil) la gauche socialiste de Benoît Hamon.

Quelle remontada, comme on dit au Barça !

On doit se souvenir de ça, on doit se le graver dans la tête, d’où nous sommes partis, d’où il est parti, de bien bas, pour que, à l’arrivée, on mesure le chemin parcouru.

Que ce rendez-vous électoral nous donne de l’élan pour la suite. Car il y aura une suite, jamais l’histoire ne se finit.

Je me souviens trop de 2012. De ces 11,1%., De ces quatre millions de voix. C’était formidable, déjà. Un record. Notre gauche était sortie de la nasse, enfin ! Ca pouvait nous servir de tremplin.

Et pourtant, autour de moi, je voyais les mines tristes des camarades, des qui pleuraient même, des jeunes qui votaient pour la première fois et qui avaient espéré trop haut.

Alors, dès lundi matin, les amis, que notre courage ne soit pas en panne ! Il faudra remettre les mains dans le cambouis, réveiller les gens, que la force soit avec nous, qu’elle ne retombe pas comme un soufflet, que l’espérance se prolonge, qu’elle débouche sur les boulevards, sur les places publiques, en convois, en manifs. Car quoi qu’il arrive, nous devrons en passer par là, toujours, jamais les urnes ne suffisent.

Dans les rues, bientôt, contre les « réformes » d’un Macron ou d’un Fillon, si nous ne l’emportons pas cette fois. Dans les rues, encore, si JLM gagnait, car il faudra alors le pousser, et sévèrement, face au Medef, face à Bruxelles, face à Francfort. Face aux forces de l’argent qui, elles, jamais ne désarment.

Pour mémoire, et parce que je suis assez fier de ce texte, je vous colle ma réaction du 22 avril 2012 :

L’ignoraient-ils, ces militants du Front de Gauche, rassemblés dimanche soir place Stalingrad à Paris, se retrouvant dans les QG de campagne en province, les yeux rougis, en larmes pour certains, l’ignoraient-ils que la route est longue ? Le découvrons-nous, que les batailles idéologiques, puis politiques, prennent plus de quelques mois ?

Depuis bien longtemps, j’en suis convaincu : nous avons à refaire, en sens inverse, le chemin parcouru par les néo-libéraux dans l’après-guerre.

Eux étaient marginalisés, alors. Même la droite américaine est convertie au keynésianisme. Une poignée d’intellectuels, autour de Hayek, reprend le flambeau. Leur pensée conquiert des universités, des journaux, s’implante chez les Républicains.

En 1964, pour la première fois, c’est un adepte du libéralisme, Barry Goldwater, qui représente ce parti à la présidentielle aux Etats-Unis. Une formidable campagne est alors menée (j’emprunte ici au Grand Bond en arrière, de Serge Halimi) :

Les jeunes militants conservateurs ont, pendant des mois entiers, organisé des milliers de réunions publiques, collé des millions d’enveloppes, distribué des tracts aux portes des usines et des bureaux. Ils attendent la victoire le 3 novembre qui vient, ils sentent leur nombre et leur foi, ne croient ni aux sondages ni aux médias.

En septembre 1964, l’un des penseurs de la droite américaine, William F. Buckley, s’adresse à eux – et il sait que son propos va les décevoir. Pour énorme qu’elle soit, la mobilisation du peuple de droite au service de Barry Goldwater ne suffira pas. Pas cette fois, pas encore. Le pays n’est pas prêt ; ce serait trop tôt d’ailleurs, la bataille des idées ne fait que commencer. Buckley lui-même n’a que trente-neuf ans. En septembre 1964, il annonce donc ‘la défaite imminente de Barry Goldwater’ à un public d’étudiants républicains persuadés du contraire. C’est le silence, la consternation, quelques sanglots aussi.

Puis, avec son style inimitable, très vieille Angleterre, précis et précieux à la fois, Buckley leur explique :

"Une pluie diluvienne a gorgé une terre assoiffée avant que nous ayons eu le temps de nous préparer. L’élection de Barry Goldwater supposerait l’inversion des courants constitutifs de l’opinion publique américaine, elle exigerait que cette brigade ardente de dissidents publics dont vous êtes la météore incandescente tout à coup se métamorphose en une majorité du peuple américain, lequel, subitement, surmonterait une lassitude fortifiée par une génération entière, absorberait la vraie signification de la liberté dans une société où la vérité est occluse par les mystifications verbeuses de milliers de savants, de dizaines de milliers d’ouvrages, de millions de kilomètres de papier journal ; un peuple américain qui, prisonnier pendant toutes ces années, parviendrait subitement à fuir avec nonchalance les murs d’Alcatraz et, marchant d’un pas léger sur les mers infestées de requins et de courants contraires, trouverait enfin la sûreté sur la rive.
La rive, la terre promise, demeure cependant dans la ligne de mire. Pas cette fois, plus tard. Mais à condition de mobiliser des recrues, pas seulement pour le 3 novembre, mais pour les prochains novembres, afin d’instiller l’esprit conservateur chez tant de gens que bientôt nous verrons dans cette élection non pas les cendres de la défaite, mais les graines bien plantées de l’espoir. Celles qui fleuriront un beau novembre à venir
".

De fait, Barry Godwater s’est ramassé une gamelle en novembre. Mais les graines de l’espoir ont fleuri, des années plus tard, avec les triomphes de Ronald Reagan, Margaret Thatcher et consorts.

Je voulais leur dire ça, aux copains qui déprimaient dimanche soir. Parce que c’est nous qui les avons plantées, ces graines, aujourd’hui. Pour la première fois depuis combien de temps ?, des décennies, c’est un discours de classe qui a retenti. Et cette parole clairement de gauche a trouvé un écho populaire : ce sont ces milliers de personnes, des dizaines de milliers, qui se sont retrouvés à chaque meeting. Ce sont encore ces 11%, près de 4 millions de votes, qui se sont portés sur Jean-Luc Mélenchon. Et ce sont, au-delà, ces millions d’autres qui ont entendu, apprécié, applaudi l’élan, même s’ils ont choisi un autre bulletin.

Tout cela n’est pas rien. C’est un pas en avant, dans le bon sens, sur ce chemin.

La seule erreur, c’est d’avoir espéré plus haut que notre cul : bien sûr qu’on ne renverse pas, en quelques semaines, un Front National installé dans le paysage depuis un quart de siècle. Bien sûr que le Front de Gauche peine à attirer massivement chez les ouvriers, employés, dans les campagnes – alors que (à l’intuition) ses militants se recrutent surtout dans la petite-bourgeoisie urbaine (dont je suis).

Mais ces obstacles seront surmontés, pour peu qu’on les voit et qu’on le veuille. Pour peu qu’on se retrousse les manches. C’est dans l’adversité que se révèlent les tempéraments – et si nous prétendons, vraiment, transformer ce pays (et je ne parle même pas de révolution !), va-t-on se décourager juste parce que le résultat d’un scrutin n’égale pas les derniers sondages !

Les graines de l’espoir peuvent germer. Mais pas arrosées avec nos pleurs…

Publié dans Présidentielle 2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article