Une juste réflexion d'Axel Khan

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Une juste réflexion d'Axel Khan
"Macron est un adversaire que je combats et combattrai avec force. M Le Pen est une ennemie contraire à mes valeurs et à celles de mon pays. Ce n'est pas une surprise, je l'avais déjà dit. Je le répéterai avant le deuxième tour. 
 
Cela dit, la pression indignée et vertueuses de beaucoup envers les femmes et les hommes de gauche qui hésitent entre ce vote Macron et le vote blanc, nul ou l'abstention,  m'exaspère. Je la trouve même culottée.  Ceux qui s'y prêtent sont ceux qui :
 
1, Pour beaucoup ont soutenu jusqu'à aujourd'hui la politique économique et sociale inspirée par Macron et dont je disais dès  février 2013 qu'elle ferait monter Le Pen. 
 
2, Lorsque les sondages ont indiqués que J L Mélenchon pouvait barrer la route du deuxième tour à Fillon et M LePen, ont refusé de lui accorder les quelques voix qui l'auraient permis. 
 
3, Dont les cris - justifiés - de dénonciation du fascisme eussent pourtant été totalement impuissants à limiter la progression de Le Pen aux 26-28% qui lui étaient promis il y a 6 mois, seuls les insoumis y étant parvenus de façon parfaitement documentées dans plusieurs bureaux ouvriers où Mélenchon gagne autant que Marine Le Pen perd par rapport à 2012. 
 
Alors, mesdames et messieurs, de la décence, s'il vous plaît.
 
Moi-même et l'énorme majorité des électeurs de gauche, nous ferons notre devoir. Vous, de grâce, fermez - la !"
 

Publié dans Présidentielle 2017

Commenter cet article