Gérard Collomb dit "Don corléone" recycle ses amis PS

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Gérard Collomb dit "Don corléone" recycle ses amis PS

Gérard Collomb trahit une première fois son poulain Emmanuel Macron.

Ce jeudi, l’officialisation des investitures dans le Rhône pour les législatives pour la République En Marche porte le sceau du maire de Lyon, ainsi que celui de sa femme Caroline et de Michel Mercier (MoDem).

Stupéfaction, alors que le secrétaire du parti, le dénommé Ferrand, "La République en marche" s'évertuait à convaincre Bourdin sur Europe que le renouvellement promis par Macron était réalisé, le même jour Collomb reniait totalement les critères définis par le nouveau parti de Macron, lors de la désignation des candidats de la "République en marche" sur le département du Rhône notamment la désignation de candidats jeunes, sans mandat d'élu et qui respecte la parité homme/femme.

Car le couple Collomb a, à Lyon, choisi ses candidats, et n’a sélectionné que des élus cumulards. Jean-Louis Touraine, à 71 ans, fait même partie des personnalités investies les plus âgées, puisque la doyenne de la République En Marche a 72 ans. Comme nous avons déjà eu l'occasion de la dire, Macron cecycle tous les ringards de la politique.

Pour le reste du département, seulement trois candidats n’ont jamais eu de mandat, mais tous gravitent autour de la sphère politique, le mot société civile n'étant utilisé que pour mieux cacher la réalité de l'investissement politique des choisis. C'est une fourberie !

Il n’y a donc aucun lapin de trois semaines investi. Quant à la parité, cinq femmes investies dans 13 circonscriptions, le compte n'y est pas. Et la Commission nationale d'investiture de la République En Marche a dû s'arracher les cheveux, mais Collomb c'est le traitre de la première heure et comme le dit le maire de Villeurbanne c'est "Don corléone" !

C'est pas une surprise quand on connaît la philosophie de Gérard Collomb, qui est complètement opposée à celle d’Emmanuel Macron. Le sénateur-maire de Lyon est un fervent défenseur du cumul des mandats, il considère qu’un parlementaire ne doit pas être déconnecté de la réalité du terrain et doit pouvoir exercer un mandat local, un point de vue qui peut se défendre.

A son entourage, il dit régulièrement que les Français ne se rendent pas compte du boulot que peut représenter un mandat de député ou de sénateur où il participe très peu. D’où ses quelques sorties sur la rémunération des élus qu’il juge trop faible par rapport à l’investissement nécessaire. De quoi faire bondir Fillon !

Mais Macron en bon politicard expérimenté, il y a le dire et il y a le faire, on vient de la constater avec son nouvel ami Bayrou, alors avec Collomb, son ami, il ne fera rien, il a, avec le temps, appris à gérer les entêtements de son mentor lyonnais.

Espérons que les militants d’En Marche et les électeurs rhodaniens Macron sauront réagir et ne se laisseront pas berner. Eux ont cru au renouvellement, et pourtant Gérard Collomb leur sert la même soupe qu’autrefois.

Certains pourraient alors subitement s'arrêter de marcher...

Quelles sont les candidatures retenues par Collomb qui s'est partagé le gâteau avec Michel Mercier (MoDem).

Seulement cinq femmes sont investies, voire six si la 8e circo trouve preneuse. Et beaucoup d'élus. Seuls trois candidats n'ont jamais eu de mandat.

A Lyon, il n'y a que des personnalités élues, à des mandats importants, et qui cumulent. Trois avaient d'ailleurs été déjà investis par le PS. A noter que Thierry Braillard s'est fait souffler l'investiture par Thomas Rudigoz dans la 1ère cironscription.

Bruno Bonnell, investi face à Najat Vallaud-Belkacem à Villeurbanne, n’a lui jamais été élu. Il a toutefois collaboré durant le quinquennat auprès des ministères du Commerce Extérieur, du Redressement productif et de l’Economie pour promouvoir le numérique et la robotique.

Dans la 7e circonscription, la décision a été prise de présenter un candidat face au député PS sortant Renaud Gauquelin, fidèle à Benoît Hamon durant la campagne.

Drôle de choix pour la 9e circonscription (Beaujolais) où Marion Riou est investie. Alors qu'elle est élue à Belmont, située dans la 8e circonscription, où personne n'a été désignée...mais où en marche pourrait parachuter une candidate PS à recycler.

La liste des nominés d'en marche dans le Rhône

1ère circonscription : Thomas Rudigoz, maire du 5e arrondissement
2e : Hubert Julien-Laferrière, maire PS du 9e arrondissement
3e: Jean-Louis Touraine, député PS sortant
4e : Anne Brugnera, adjointe PS chargée de l’Education à Lyon
5e  : Blandine Brocard, adjointe au maire de Saint-Germain-au-mont-d'Or
6e  : Bruno Bonnell, référent départemental d’En Marche
7e : Anissa Khedher, cadre de santé, sur la liste PS aux municipales 2014 à Bron
8e : aucun candidat investi pour le moment
9e  : Marion Riou, adjointe au maire de Belmont d'Azergues
10e: Thomas Gassilloud, maire de Saint-Symphorien sur Coise
11e : Jean-Luc Fugit, ancien élu dans la Loire
12e : Cyrille Isaac-Sibille, ancien président du MoDem 69 et élu à Sainte-Foy
13e : Danielle Cazarian, cheffe d'entreprise
14e : Yves Blein, député PS sortant, maire de Feyzin

 

Publié dans Législatives 2017

Commenter cet article