Les fonctions publiques en danger ! Débat et mobilisation urgents !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Les fonctions publiques en danger ! Débat et mobilisation urgents !

Invitation au débat public du 30 mai

Première rencontre entre la CGT et le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmarin.

La CGT a porté les revendications des personnels de la Fonction publique et a réaffirmé son désaccord quant au périmètre du ministère et à son intitulé, qui lient les enjeux de la Fonction publique aux impératifs budgétaires et privent la Fonction publique d’un ministère de plein exercice. Elle a affirmé son attachement viscéral à une Fonction publique à trois versants, garantie par un Statut général fort.

Elle a pointé un certain nombre de sujets non négociable. Il en va en particulier de la valeur unique du point d’indice de la Fonction publique. La CGT a rappelé la nécessité de mesures salariales générales fortes pour faire face à la baisse de pouvoir d’achat des agents.

Sur l'emploi, elle a fait part de son désaccord quant à la poursuite des politiques de suppression d’emplois et fait part que des créations d’emplois sont urgentes et nécessaires dans de nombreux secteurs. Elle a souligné que la succession de réformes a désorganisé les missions et conduit à une grande souffrance des personnels, et a plaidé pour un état des lieux et un débat public comme préalables à tout nouveau chantier en matière d’organisation des missions.

La CGT a fait part de son opposition au rétablissement du jour de carence, compte tenu en particulier de l’inégalité qu’elle génèrerait entre agents publics et salariés du secteur privé. Elle s’est déclarée opposée aux velléités d’allongement du temps de travail des personnels compte tenu de l’accumulation des heures supplémentaires qui ne sont ni payées ni récupérées.

Elle a également fait part de son désaccord quant aux volontés de remise en cause des régimes de retraite de la Fonction publique, tout en soulignant l’urgence d’une meilleure prise en compte de la pénibilité tant en termes de prévention que de réparation.

Elle a souligné son attachement à la formation professionnelle et à la nécessité de son développement dans la Fonction publique et d’une pleine mise en oeuvre de l’accord sur l’égalité professionnelle femmes/hommes dans la Fonction publique, de la poursuite du cycle de dialogue engagé sur les carrières des ATSEM.

Selon la CGT, le ministre a affirmé que son action découlait des engagements pris par Macron pendant sa campagne, négligeant que c'est selon la constitution, le gouvernement qui conduit la politique de la France. C'est pour le ministre sa "feuille de route" qui pourtant n'a pas l'assentiment des français puisque pour moins de 15% de ses électeurs, c'est un vote d'adhésion au projet Macron, rappelons le élu par défaut !

Drôle de conception de la démocratie qui rappelle ce que nous vivons depuis plus de trente ans et qui appelle plus que jamais à dépasser la conception monarchique du présidentialisme et donc le besoin urgent d'une 6ème République.

Par ailleurs, le ministre a reconnu que la situation salariale des fonctionnaires est préoccupante, en particulier en catégorie C. Il a déclaré qu’un rendez-vous salarial serait organisé au printemps 2018. A l' interpellation de la CGT sur la valeur unique du point d’indice, il a répondu que le gouvernement souhaite trouver un équilibre entre conséquences des décisions gouvernementales et nécessaire prise en compte des contraintes des élus locaux qui rappelons-le vont être confrontés à de nouvelles mesures d'austérité si on suit le projet Macron qui s'aligne sur les exigences européennes rappelées fortement le soir de l'élection de Macron, par Jean-Claude Juncker!

Le ministre a confirmé l’engagement présidentiel sur le jour de carence, tout en indiquant que cette mesure devra tenir compte de la situation salariale des agents et garantir une « équité » entre secteurs public et privé. Sur les retraites, sans donner davantage de précisions, le ministre a relevé que ce chantier fera l’objet d’un cadre global défini par le Premier ministre, auquel les acteurs de la Fonction publique seront associés.

Ce premier rendez-vous confirme donc la volonté gouvernementale de mise en oeuvre des mesures austéritaires portées par le candidat Macron. L’échéance des élections législatives va donc être déterminante. La CGT a appelé les agents de la Fonction publique à faire entendre à cette occasion leurs exigences en matière de progrès social.

Elle a appelé également au développement des luttes, dans le cadre le plus unitaire possible, pour la satisfaction des revendications et le renforcement de l’emploi public et des missions;

La délégation de la CGT était composée de Mireille Stivala, Secrétaire Générale de la Fédération CGT Santé et Action sociale, Jean-Marc Canon, Secrétaire Général de l’Union Fédérale CGT des Syndicats de l’Etat et Baptiste Talbot, Secrétaire Général de la Fédération CGT des Services publics.

Sources CGT
 

Publié dans Politique nationale

Commenter cet article