M. Mélenchon, la ville d’Aubervilliers vous a respecté, elle a droit à votre considération !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Patrick Le Hyaric candidat diu PCF à Aubervilliers

Patrick Le Hyaric candidat diu PCF à Aubervilliers

Dans une tribune au « Monde », Pascal Beaudet et Meriem Derkaoui, ancien et actuelle maire d’Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, expliquent leur incompréhension de voir un candidat de La France insoumise opposé au candidat du PC, Patrick Le Hyaric, à Aubervilliers-Pantin.

Ville dynamique et solidaire, Aubervilliers s’est construite ces cinquante dernières années à travers des politiques sociales ambitieuses en matière de logement, de santé, d’éducation, de culture portées par des valeurs humanistes et progressistes. Conscients de la réalité sociale et économique de notre commune qui compte aujourd’hui plus de 85 000 habitants, nous savons que seule la véritable gauche ancrée dans les milieux populaires permet la transformation sociale de notre société.

Pour y parvenir, nous nous sommes engagés à vos côtés pour obtenir à Aubervilliers l’un des premiers scores nationaux en faveur de votre candidature tout en faisant reculer le parti de la haine. Nous vous avions confié cet espoir en pensant que vous pouviez porter l’aspiration du peuple au-delà de toutes considérations de pouvoir personnel.

Aujourd’hui, vos appels au rassemblement et au renouvellement de la politique sont désormais balayés par vos actions de parachutages des candidates et candidats de La France insoumise pour les législatives dans les communes qui croient pourtant en une gauche unie.

Une unité nécessaire contre les puissantes forces face à nous, à commencer par un gouvernement dirigé par la droite, face aux projets d’ôter aux communes leur autonomie financière, face aux injonctions européennes, face aux tentatives de divisions de nos populations et au mépris dont elles sont trop souvent l’objet. Une vision résolument à gauche portée depuis plusieurs mois à Aubervilliers et à Pantin par le candidat Patrick Le Hyaric. A vos côtés il a construit le Front de gauche. Vous siégez ensemble au Parlement européen. Il dirige L’Humanité, qui vous a permis de vous exprimer pendant les présidentielles.

Pourtant récemment, vous avez choisi de présenter un candidat à Aubervilliers-Pantin, votre directeur de campagne. Quel est le sens de deux candidatures défendant les mêmes idées et les mêmes valeurs sinon de priver nos populations d’un député qui sera présent à leurs cotés et en permanence ?

A Aubervilliers, nous nous plaçons d’abord du côté de l’intérêt des populations dans leur diversité. C’est ce qui nous guide, nous, élus de terrain, lorsqu’on réussit à obtenir pour notre ville, au cœur de la métropole parisienne et aux portes de Paris, un réseau de transports adapté doté d’un métro en centre-ville.

C’est aussi ce qui nous permet de maintenir des services publics de proximité tant de fois menacés de fermeture par les politiques d’austérité. C’est, également, exiger le respect des engagements de l’Etat à l’instar de l’implantation d’une piscine olympique ou l’augmentation d’effectifs de police.

Mais cela n’est possible qu’en entretenant au quotidien des échanges francs et ouverts avec les Albertivillariennes et les Albertivillariens sur tous les sujets relatifs au devenir de la commune. Sans doute, cela peut vous paraître dérisoire voire insuffisant en comparaison à des envolées lyriques, ou des solutions venant d’on ne sait quelle avant-garde, mais à Aubervilliers et dans nos banlieues, c’est ainsi que la population a toujours agi. Pas de guide suprême et pas d’homme providentiel, Aubervilliers, ville rebelle et militante, l’a d’ailleurs fait entendre aux dernières municipales.

Mais que vous arrive-t-il monsieur Mélenchon ? Voulez-vous pratiquer l’hégémonie que vous avez reprochée à vos anciens alliés ? La force du peuple scandée sur vos affiches de campagne ce n’est pas le pouvoir d’un seul homme, amer et déçu, qui pratique la politique de la terre brûlée en parachutant et en divisant.

Non, monsieur Mélenchon, la force du peuple, c’est justement le peuple et ses élus, celles et ceux qui sont, au quotidien, en train de construire, d’imaginer des solutions, de partager des luttes.

Mériem Derkaoui
Maire d'Aubervilliers

Pascal Beaudet
Ancien maire d'Aubervilliers

Publié dans Législatives 2017

Commenter cet article