Pourquoi Mélenchon nous raconte des histoires ?

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Pourquoi Mélenchon nous raconte des histoires ?

J'ai lu avec d'autant plus d'attention cette réaction publiée par Libération que j'ai pris le temps d'écouter Jean-Luc Mélenchon interrogé par Léa Salomé et Davis Pujadas le 18 mai sur France 2 dans l'émission "C'est politique".

Comme beaucoup je fut outré de sa contre vérité quand il affirma avec aplomb qu'aucun candidat de son parti n'était soutenu par le Parti Communiste.

Ce qui est totalement faux notamment dans sa propre circonscription de Marseille où le PCF n'a présenté aucun candidat face à lui comme cela a été annoncé publiquement à la presse par la direction de la Fédération des Bouches du Rhône du PCF. Dès l'émission terminée Pierre Laurent avec un tweet le lui a rappelé!

Cette scène se déroule quelques semaines avant le premier tour des législatives qui sera décisif, Les têtes d’affiches défilent. Parmi eux, Jean-Luc Mélenchon qui conclut son passage avec un sujet un peu chaud : ses relations avec le PCF d'autant que cette même semaine, le Canard enchaîné a publié un texto de Jean-Luc Mélenchon daté du 4 mai, à Pierre Laurent dans laquelle il insulte les communistes.

«Vous créez la confusion dans tout le pays en vous appropriant mon portrait et mon nom sans parler du logo Front de gauche ! Bravo l’identité communiste ! Tout ça après des mois d’injures et manœuvres pour saboter ma campagne. Et vous recommencez ! Vous êtes la mort et le néant. Dix mois pour me soutenir, dix minutes pour soutenir Macron. Sans oublier les accords que vous ne respectez pas. J’en ai assez. Je vais donc annoncer notre rupture politique dès mon retour à Paris. Et je vais dire pourquoi.»

Donc forcément, face à Léa Salamé et David Pujadas, il est acculé et tente de se défendre. Il explique les raisons de sa rupture avec les communistes, sur le mode «on doit être cohérent avec notre programme et ne pas trahir nos 7 millions d’électeurs lors des législatives».

On peut en conclure qu'il y a aura des candidats de La France insoumise sur tout le territoire. Pourtant sur la fin, Jean Luc Mélenchon lâche sans ciller que son parti soutient des candidats communistes lors des élections législatives. Ce n’est pas faux. Mais, ces derniers ont accepté de signer la charte de la France Insoumise. Ils rentrent dans son cadre : le soutien n’est pas gratuit et se paye très cher !

Très vite Jean-Luc Mélenchon continue de glisser et interroge : «De votre côté, êtes-vous capable, Madame Salamé, de me dire où il y a un candidat de La France insoumise qui est soutenu par la direction communiste ?» Il répond à sa place : «Non, il n’y en a pas.» Un peu surprise, la journaliste qui aurait pu de suite le contredire en prenant pour exemple Marseille, ne fait que bafouiller : «Euh, je vais vérifier.» laissant le mensonge faire son chemin pouvant tromper les électeurs mal informés.

D'autant que les exemples dépassent sa circonscription, il y a de nombreux candidats du parti de Mélenchon qui ont reçu un soutien des communiste. C'est le cas dans les troisième, neuvième et seizième circonscriptions des Bouches-du-Rhône : pas un communiste n'est candidat, celles et ceux qui existaient se sont retirés. Mélenchon ment donc par omission !

En échange, le secrétaire départemental du secteur, Pierre Dharréville, n’a pas de candidat de Mélenchon face à lui dans la treizième circonscription. Ce genre de configuration existe dans d’autres endroits du territoire. Entre le PCF et Mélenchon, il n’y a pas d’accord national, mais il existe quelques accord locaux où des militants du parti de Mélenchon, ont les pieds sur terre et ont mesuré qu'une victoire d'un candidat commun communiste était possible et ont décidé de braver les ordres nationaux de France Insoumise.

L'inverse existe aussi car pour le moins les communistes sont cohérents, ils se battent pour l'union, seul moyen dans les conditions actuelles de remporter des victoires et de ne pas laisser les mains libres à Macron et son gouvernement de droite pour mettre en oeuvre son sale programme et pour ne pas laisser au FN la tête de l'opposition à l'Assemblée qui ne créera que confusion sur fond de surenchères!

Tout cela Jean-Luc Mélenchon ne peut pas le nier et le sait fort bien. Alors pourquoi raconter des histoires aux téléspectateurs? Pour nourrir la campagne anti-communiste qui voit à l'heure actuelle le PCF exclu des grandes chaînes d'information nationales et locales et nombreux des quotidiens alors qu'il présente pour de 480 candidats sur tout le territoire nationale !

Sources Libération et France 2

 

Publié dans Législatives 2017

Commenter cet article