Congrès extra du PCF : lettre de Laurent Russeil à Elsa Faucillon

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Congrès extra du PCF : lettre de Laurent Russeil à Elsa Faucillon

Russeil Laurent

Cellule Pierre Sémard

Montrouge

 

A Elsa Faucillon

Secrétaire départementale

Fédération PCF 92

56-58 rue Sadi Carnot

92000 Nanterre

Montrouge Ie 29 juin 2017

En novembre 2016, entre la conférence nationale et le vote des communistes sur l'engagement du PCF pour les élections présidentielles de 2017, en tant que secrétaire départementale du parti communiste des Hauts de Seine, tu t'es exprimée par courrier pour livrer ton opinion à tous les adhérents du département (méthode peu démocratique) à savoir ton soutien à Jean-Luc Mélenchon contenu dans l'option 1. On ne peut pas dire qu'il a été reconnaissant en présentant au 1er tour des législatives un candidat FI contre toi. L'actualité démontre ton manque de sagacité à moins que cela ne soit un choix politique.

 

Pour justifier ce choix et tenter d'influencer les adhérents du département, tu mettais en avant que la présentation d'un candidat communiste enverrait un signe de division détruisant nos messages de rassemblement et se traduirait par un échec, tout en étant inaudible. Les seules divergences que tu notes c'est l'effacement des partis et la notion de gauche mais tu es prolixe sur les convergences pour argumenter ton choix de soutenir Mélenchon.

 

Après 7 mois d'évènements en tout genre qui ont émaillé la vie politique en France et dans le monde, je m'attendais à une nouvelle missive de ta part pour faire un premier bilan de cette « bataille du rassemblement » au lendemain du 1er tour des présidentielles et à I'aulne des législatives !

 

Tout d'abord, dans le cadre des présidentielles en terme de rassemblement le spectacle des joutes verbales entre Hamon et Mélenchon, aux égos démesurés, a été plus diviseur récusant I'idée même d'unité à gauche et favorisant le vote utile. Le résultat est sans appel, aucun candidat de gauche anti austérité et anti libéral au second tour, alors que le total des voix aurait permis une qualification pour le 2ème tour et non un vote par défaut.

 

Mais comment pouvait-il en être autrement ? Quand on soutient un candidat qui explique qu'il n'y aura aucun accord politique avec quiconque, ni sur les axes de la campagne ni sur la bataille électorale, en rupture avec l'accord du front de gauche en 2012 ! C'était donc lui signer un chèque en blanc !

 

On était pourtant prévenu avec le financement de la campagne de 2012 avancé par le parti communiste et non remboursé par Mélenchon ! Que dire Ie soir du 1er tour des présidentielles sur l'attitude du candidat Mélenchon et de ses porte-paroles refusant de se positionner contre le Front National et d'appeler à battre Marine Le Pen au 2ème tour. Quand aux législatives, dans le cadre de cette « fumeuse » charte de la « France insoumise » portant allégeance au dit Mélenchon qui consistait à présenter partout des candidats y compris dans les circonscriptions avec un député communiste sortant.

 

La conférence nationale du 5 novembre 2016 avait vu juste en s'exprimant à 55,6 % pour un candidat communiste en faisant preuve d'analyse et responsabilité politiques.

 

Les divergences avec Mélenchon sont bien plus importantes que tu veux bien le dire ! Le programme de Mélenchon n'est plus « l'humain d'abord » mais « l'avenir en commun » avec comme désaccord de fond la question des flux migratoires, du nucléaire, de l'Europe, de l'agriculture, de la pêche, des salariés détachés, du SMIC, du financement de la protection sociale.... Et pourtant si Mélenchon recueille 19,6 % c'est sans nul doute aussi grâce au parti communiste, ses adhérents et ses électeurs. Mais cette stratégie ne risque t elle pas de mener le parti dans une impasse ? Comme le soutien à Mélenchon a mis un terme à notre bataille pour un rassemblement large à gauche !

 

J'en veux aussi comme preuve, le comportement de Mélenchon pour les législatives vis-à-vis de son « allié » où il a refusé tout accord avec le PCF pour des candidats communs. Il me semble que son objectif, comme celui de Mitterrand jadis, est d'éradiquer toute référence à la lutte des classes incarnée par le PCF. Il est aussi aidé en ce sens par tous ceux en responsabilité qui mettent leur drapeau dans leur poche refusant d'apposer le sigle PCF sur les tracts. Et aujourd'hui, est-ce que le choix de Mélenchon a rendu le PCF plus audible ? Assurément non ! Mais cela ne date pas seulement d'aujourd'hui, certains s'autorisant à remplacer le sigle du PCF voir son fonctionnement et son organisation par la création du mouvement « front de gauche » diluant ainsi les responsabilités et les repères pour affaiblir le PCF.

 

Encore une fois le constat est sans appel, depuis des années, toutes formes de rassemblement, d'accord, de désistement,...se font au détriment du parti communiste français et nous payons au quotidien avec le peuple un lourd tribut.

 

En tant que communiste je récuse I'idée qu'une candidature communiste puisse affaiblir Ie camp des travailleurs. Je voudrais que ceux, comme la direction fédérale, qui ont avancé cette idée hier le fasse aujourd'hui avec la même intransigeance pour ceux qui, comme la « France insoumise », présentent des candidats aux législatives contre des communistes.

 

Enfin, ayant participé au congrès départemental des Hauts de Seine en mai 2016 et au regard du positionnement de la direction fédérale, ton appel à soutenir Mélenchon n'a guère surpris. Pourtant, malgré les manipulations et autres tentatives d'instrumentalisation, les militants ont rejeté tous les amendements qui actaient le ralliement en filigrane à Mélenchon et la création d'une autre formation politique orchestrés par la direction fédérale. Ainsi, le texte de la base commune amendé par les sections a été adopté par les 2/3 des exprimés.

 

C'est bien peu démocratique d'avoir envoyé ton opinion personnelle à l'ensemble des communistes du département sans tenir compte des débats de la conférence départementale mais c'est à l'image de l'élection de la direction fédérale que tu as fait élire. Comme tu as su le faire en novembre 2016 avec tant de clairvoyance et de discernement, j'aimerais bien que tu nous livres aujourd'hui avec le recul nécessaire ton avis personnel sur ton soutien à Mélenchon, sur son attitude politique vis-à-vis du parti communiste et de sa posture sur les candidatures aux législatives.

 

Un an après le congrès départemental, un bilan d'étape dans les Hauts de Seine sur l'activité et le développement du parti communiste s'avère nécessaire en toute objectivité mais surtout à partir des engagements pris par la direction fédérale et de leur réalisation. Au regard des résultats des élections législatives, si on peut se féliciter de l'élection de 11 députés communistes, il n'en reste pas moins que durant ces derniers mois, l'effacement ou l'absence de notre parti aura des conséquences profondes pour notre activité politique.

 

Enfin, même si je constate que dans le 92 nous maintenons une députée communiste, dans la 4ème circonscription (Nanterre-Suresnes) la présence de la France Insoumise au 1er tour prive la candidate soutenue par le PCF du 2ème tour pour succéder à J. Fraysse apparentée communiste. « Cette division s'est révélée un poison mortel » estime Patrick Jarry maire Gauche Citoyenne de Nanterre, interviewé dans le parisien ! Quant à la 1lème circonscription (Bagneux-Malakoff-Montrouge), au ler comme au 2ème tour, la liste commune (PCF-FI-Ensemble) a connu un mauvais report de voix de la F.I. comparé à la présidentielle. Etonnant quant on sait que le candidat suppléant était justement sous l'étiquette FI !!!

 

Bref, il est fort regrettable de ne pas avoir gagné ces 2 circonscriptions !! A qui la faute ? J'attends, comme d'autres communistes, les analyses des sections du 92 et de la fédération.

 

Chère camarade reçois mes amicales salutations.

Laurent Russeil

Adhérent communiste

Cellule pierre Sémard

Montrouge

Publié dans Congrès extra 2018

Commenter cet article