La crise grecque a rapporté plus de 1 milliard d'euros aux finances allemandes

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Schaüble sait bien pourquoi il refuse d'alléger la dzette grecque !

Schaüble sait bien pourquoi il refuse d'alléger la dzette grecque !

Entre les prêts accordés à Athènes et les programmes de rachat de titres de dette, les organismes allemands ont récolté 1,34 milliard d'euros depuis le début de la crise.

Le ministère des Finances allemand a rendu public les profits engrangés grâce aux intérêts des prêts accordés à la Grèce. Résultat, Berlin a encaissé 1,34 milliard d'euros depuis le début de la crise en 2009, révèle le quotidien Süddeutsche Zeitung.

Dans le détail, la banque de développement allemande KfW a encaissé 393 millions d'euros d'intérêts du prêt de 15,2 milliards d'euros qu'elle a accordé à Athènes en 2010. Entre 2010 et 2012, un programme de rachat de titres de dette d'Etat par les banques centrales de la zone euro à permis à la Bundesbank d'enregistrer un profit de 952 millions d'euros.

Les Etats membres s'étaient pourtant accordés pour reverser les profits des banques centrales à la Grèce. Seulement l'opération a été stoppée en 2015 pour des raisons politiques, rappelle Les Echos, en particulier à cause des tensions entre le gouvernement Tsipras, fraîchement élu, et la Troïka. La bonne volonté marquée d'Athènes, en appliquant les mesures d'austérité demandées par ses créanciers, devrait conduire les Européens à lever le blocage.

Berlin refuse toujours des mesures d'allègement de la dette grecque

 
 
 
Malgré les efforts d'Athènes pour satisfaire les demandes de ses créanciers, notamment en dégageant un excédent primaire supérieur aux objectifs et en adoptant de nouvelles mesures d'austérité, Berlin refuse toujours de lâcher du lest. Le gouvernement d'Alexis Tsipras cherche à obtenir un allègement de la dette, de sorte à restaurer la confiance, en vue d'un retour sur les marchés pour financer la dette.

Malgré les efforts d'Athènes pour satisfaire les demandes de ses créanciers, notamment en dégageant un excédent primaire supérieur aux objectifs et en adoptant de nouvelles mesures d'austérité, Berlin refuse toujours de lâcher du lest.

Le gouvernement d'Alexis Tsipras cherche à obtenir un allègement de la dette, de sorte à restaurer la confiance, en vue d'un retour sur les marchés pour financer la dette. Après huit années d'austérité, la croissance grecque ne décolle pas. Le FMI en a bien conscience et avait conditionné sa participation au versement de la prochaine tranche d'aide à des mesures d'allègement de la dette hellénique.

Face au refus catégorique du ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, le Fonds a donné son accord de principe sur sa participation car, sans cette nouvelle tranche d'aide, Athènes aurait fait défaut au remboursement d'un prêt qui arrivait à échéance ce mois de juillet.

Mais le FMI ne veut pas effectuer de versement tant que des concessions ne seront pas faites de la part des Européens.

A cette heure, l'avenir de la Grèce reste flou.

Sources La Tribune

 

Publié dans Grèce

Commenter cet article