" Emploi de temps ", l'éditorial de Maurice Ulrich dans l'Humanité du jour !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

" Emploi de temps ", l'éditorial de Maurice Ulrich dans l'Humanité du jour !
Sans doute trop absorbé par ses rencontres avec Rihanna et Bono voici quelques jours, Emmanuel Macron n’avait pas pu se rendre au congrès sur le VIH qui se déroulait la même semaine en présence de 6000 chercheurs où il était attendu. C’est bien dommage.
 
Il n’avait pas eu le temps non plus d’assister à la séance d’ouverture des états généraux de l’alimentation, le 20 juillet, où il était tout autant attendu. Dommage, là aussi. Mais, comme l’a expliqué le ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Stéphane Travert : « Ce n’est pas parce que le président de la République ne vient pas aujourd’hui que les états généraux ont une ambition moindre. » c’est sans doute un élément de la pensée complexe du président, être ou ne pas être où on l’attend.
 
On peut penser sinon que la présence à l’ouverture de ces états généraux, qu’il avait lui-même annoncés avant son élection, et qui se dérouleront donc au prochain trimestre, aurait été de nature à témoigner d’une prise en compte profonde de la situation de l’agriculture et des agriculteurs. Rappelons que la moitié d’entre eux gagne moins de 350 euros par mois et que la production française a perdu 5 milliards d’euros depuis 2014.
 
Mais sans doute le président préférait-il recevoir les syndicats comme hier. Une demi-heure pour chacun. De quoi ressortir avec le sentiment, sinon d’avoir été entendus, du moins d’avoir été écoutés. La méthode a aussi l’avantage de n’engager à rien. Au ministre, l’annonce des mesures comme la nouvelle répartition des aides européennes qui a suscité la colère, pour des raisons parfois opposées, de tous les intéressés. Au président la bienveillance et l’empathie.
 
Mais les questions restent entières et particulièrement celles des prix payés au producteur donc celles de leurs rapports avec la grande distribution. Leclerc et Lactalis ont parlé de revoir le prix du lait. Véritable intention ou manière de désamorcer la contestation à l’approche de ces états généraux ?
 
Au-delà et dans le flou, on  peut déjà remarquer que la représentation des syndicats agricoles va rester relative au sein des quatorze ateliers prévus, dont le cinquième : « Rendre les prix d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs », qui sera présidé par Système U, et tiens par Danone.
 
Maurice Ulrich

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article