Ordonnances Macron, énorme mobilisation dès les 1ère manifestations unitaires du 12/9...

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Ordonnances Macron, énorme mobilisation dès les 1ère manifestations unitaires du 12/9...
Philippe Martinez, a salué la réussite de la 1ère mobilisation unitaire des syndicats CGT, Solidaires, FSU et de l’UNEF contre les ordonnances Macron brisant le code du travail. Dans de nombreux défilés, on a noté la présence de nombreux syndicats FO.
 
C’était la première mobilisation du quinquennat. Elle a rassemblé plus de 500 000 manifestants dans tout le pays. Si les chiffres varient d'un journaliste à l'autre, tout le monde reconnait que c'était important et réussi. Les chiffres annoncés sont très proches de ceux du 9 mars 2016 (au niveau national), lors de la première journée d'action contre la loi El Khomri.
 
A Paris plus de 60 000 personnes ont défilé. C'est un chiffre identique annoncé à Marseille. Ils étaient plus de 16 000 à Toulouse, 10 000 au Havre, la ville du 1er ministre, Edouard Philippe, 15 000 à Lyon où les CRS de Collomb ont bloqué pendant 3 heures la manifestation, 15 000 à Nantes et 3000 à Valence. Partout la forte participation des jeunes a été remarquée.
 
Le cortège parisien a défilé dans une ambiance festive – au son d’une fanfare animée par des forains- de la Bastille à la place d'Italie. Quatre interpellations ont eu lieu à Paris, trois à Nantes et cinq à Lyon suite à des échauffourrés provoqués par des forces de l'ordre en sur-nombre.
 
Dans la foule des manifestants, des militants politiques comme Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle, ou Pierre Laurent, secrétaire national du PCF accompagné des sénateurs et députés communistes et des députés de La France insoumise. A Strasbourg, les eurodéputés socialistes français, venus pour la session plénière du Parlement européen, ont participé à la manifestation.
 
Sur les pancartes, Emmanuel Macron était très ciblé pour ses propos insultants et humiliants proférés à l'encontre des français. « Les fainéants sont en marche », pouvait-on lire ici ou là.

La journée a surtout été marquée par des grèves qui ont touché plusieurs centaines d'entreprises. Plusieurs lycées de Paris et de sa banlieue ont été partiellement ou momentanément bloqués par des élèves.

Plus de 10 000 camions se sont mobilisés dans toute la France. Ils ont perturbé dans la matinée la circulation à Paris et d’autres villes de France, répondant à l’appel du « roi des forains », Marcel Campion, à rejoindre la mobilisation syndicale afin de manifester contre une ordonnance du 19 avril concernant leurs activités. Tôt le matin, à Paris, les forains ont bloqué la place de l’Etoile, en mettant leurs camions en travers des artères permettant d’y accéder, avant de les dégager pour tourner autour de l’arc de triomphe dans un concert de klaxons.

Plafonnement des indemnités prud’homales, fusion des instances représentatives du personnel dans les entreprises, réforme du compte pénibilité, place accrue à l’accord d’entreprise contre la loi : les ordonnances provoquent la colère des salariés. Si pour le patronat, elles vont favoriser l'embauche, le prix à payer par les salariés est énorme, ils jugent ce texte ultralibéral qui aggrave la loi El Khomri..

FO national ne s’est pas associé au mouvement mais une partie de ses adhérents a cependant défilé. Tout comme certaines sections CFDT, CFE-CGC, CFTC ou UNSA.

Le succès de cette première journée devrait favoriser la dynamique unitaire dans les entreprises et entre les organisations et notamment le 21 septembre, la veille de l'adoption des ordonnances en conseil des ministres.

 

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article