Vitry- : la lettre de Pierre Bell-lloch nouveau maire de la ville

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Vitry- : la lettre de Pierre Bell-lloch nouveau maire de la ville
Pour ceux qui veulent vraiment comprendre la situation à Vitry, prendre le temps de lire pour ne pas avoir de jugement à l emporte-pièce, la lettre de Pierre Bell-lloch :
 
"Cher e camarade, 
 
Je comprends l’émotion et la stupeur qui a pu t’envahir suite à mon élection en tant que maire.
 
Sois assuré que notre volonté n’a jamais été de diviser ou de faire du mal à notre parti.
C’est au contraire pour qu’il soit respecté et qu’il puisse conserver sa place dans notre ville, que nous avons été contraints de présenter une candidature alternative au conseil municipal. L’issue n’était pas garantie, le vote aurait pu basculer dans l’autre sens et être une façon pour Jean-Claude de réussir l’alliance qu’il souhaitait et avait préparé avec Jacques PERREUX.
 
Après avoir refusé de reconnaître les accords votés par les communistes, Jean-Claude menaçait la parole donnée à EELV en leur faisant une proposition qu’ils ne pouvaient accepter. 
 
Si nous avions toléré ce jeu de dupe, notre crédibilité politique aurait été profondément et durablement entachée. Réduisant à néant notre capacité à construire des alliances futures. Il nous fallait faire respecter la parole des communistes et de sa direction. Nous aurions pu ne pas être suivis, c’est l’inverse qui s’est produit.
 
Un second tour aurait alors permis, comme l’avait prévu Jean-Claude, une alliance avec La Fabrique et l’exclusion des Verts et de la Direction de section de la majorité. Avec une majorité absolue de 27 sur 53 conseillers municipaux s’étant rassemblé autour de notre équipe, ne penses pas que le danger dont je t’informe aujourd’hui n’était pas réel ni connus de nos partenaires.
 
Nous savons que dans un système politique en crise où la personnalisation à outrance ne permet pas aux débats d’idées de dépasser les petites phrases de communicants, il est difficile aux Vitriots de comprendre comment cela est possible.
 
Nous nous sommes opposés à cette personnalisation qui permettait à un homme de revendiquer une légitimité, en réalité fruit plus d’une hérédité politique, que d’une construction politique et populaire.
 
Cher e camarade, beaucoup de Vitriots nous témoignent leur reconnaissance d’avoir mis fin à un système qui aurait pu conduire à ce que nous rejoignons la longue liste des villes perdues par notre parti, pour cause d’autisme et de mépris des classes populaires. C’est le chemin inverse que je vous propose de prendre. Celui des entreprises, des quartiers populaires, celui de la jeunesse et du respect de nos aïeuls.
 
Il nous faudra nous battre pour notre ville et vous savez ma détermination à mener de nombreux combats politiques sur les questions de logement social, de services publics tout en conservant ma proximité aux habitants. 
 
Vous savez combien je sais que sans les communistes, ce pari est impossible. Ma volonté de créer une nouvelle relation entre la ville et cette section chère à mon cœur reste pleine et entière. Il nous faut ensemble mener les combats avec l’Etat pour obtenir les moyens de répondre aux besoins des Vitriots qui se sont exprimés durant cette campagne. Pour des logements sociaux accessibles, pour un développement équilibré de la ville, pour un vrai service public de prévention et de sécurité.
 
Je sais la colère qui anime certains d’entre vous et la déchirure ne pourra se refermer pour d’autres, mais croyez à ma totale loyauté à nos combats et à vous-mêmes.
 
En combattant ensemble avec les Vitriots, notre section va faire entrer la jeunesse et les quartiers populaires dans nos cellules et un vent de fraîcheur redonnera au parti sa place aux côtés des couches populaires qui l’investiront. Je te demande, camarade, d’accueillir ces nouveaux adhérents avec justesse et bienveillance. Oubliant les querelles et en formant ceux qui demain, feront de notre ville un avant pont de la révolution populaire.
 
Cher e camarade, sois assuré de notre fidélité au parti, à ses valeurs et à ses combats. Demain d’autres prendront nos places et il nous faut aujourd’hui les accueillir.
 
Pour ma part, sois convaincu que je reste un homme de parti et non de pouvoir, je construirai avec ma section un mandat de lutte et d’espoir. J’espère pouvoir compter sur ta compréhension et ta bienveillance.
 
Pierre Bell-lloch
Co secrétaire de section"

Publié dans PCF, Elections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dacosta 07/07/2020 00:48

Bravo bravo bravo et bravo mais j ai de la peine pour jean claude bravo a mr.bell llock et mr.hamani