Départementales 2015 : débâcle du PS, l'extrême droite stagne et l'abstention reste dominante dans l'électorat populaire.

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Les résultats du 1er tour en % des exprimés selon le CSA, beaucoup plus conformes à la réalité

Les résultats du 1er tour en % des exprimés selon le CSA, beaucoup plus conformes à la réalité

Le Front national stagne à 24.7% soit sensiblement son score des européennes mais cette fois sans la Métropole de Lyon et Paris qui ne votaient pas. Pourtant les sondages parus à quelques jours du scrutin l'annonçait à 30% et plus, c'est une première désillusion.

Heureusement hier la France n'a pas connu la vague bleu-marine annoncée bien que le FN parvienne en tête dans de nombreux cantons et continue de s'ancrer localement. Ce scrutin confirme que le danger n'a pas disparu et qu'il est bien présent et de plus copieusement aidé par le PS et les médias qui avaient mis le FN au coeur des débats précédents le scrutin.

Le second enseignement est un PS qui ne pèse pas plus que 19.9% pourtant dans un de ses scrutins favoris. Il est déjà éliminé dès le 1er tour dans plus de 500 cantons. Il faut être aveugle et sourd pour affirmer comme l'a fait Valls hier au soir : "Quand on mibilise les Français ça marche". D'autant qu'au second tour il pourrait perdre entre 30 et 40 départements.

La manipulation du ministère de l'intérieur pour ces départementales ajoutant les Divers Gauche au PS a permis aux médias et aux dirigeants du PS de camoufler cette débâcle. Au point que France 2 a fait sa soirée avec un « PS et divers-gauche » pointant à 28 %, alors que nombre de binôme Front de gauche et écologistes classés "divers gauche". sont en réalité des concurrents du PS. La réalité, rectifiée en fin de soirée par la Place Beauvau (rendons à César ce qui lui appartient!), donne donc un PS à 19.9 %.

Troisième enseignement, le Front de Gauche qui a refait les calculs en plaçant où ils devaient l'être les binômes Front de Gauche et écologistes, réalise un score national de 9.6%, ce qui est supérieur aux scores de 2011 et 2008 ! L'autre gauche éparpillée hier, est donc autour des 15 %. Il s'agit bien de la quatrième force politique de notre pays. La seule à s'opposer à l'austérité et à porter une réelle alternative aux politiques libérales connues depuis 15 à 20 ans.

Valls comme Bartolone ou Cambadélis ne veulent pas le voir, ni l'entendre, ils croient toujours que le PS est le seul qui doit rassembler. Alors ils ordonent aux autres partis de gauche de rejoindre ou de soutenir le PS. « La gauche doit désormais se rassembler », a intimé Manuel Valls qui l'a pourtant bien divisée ces trois dernières années. Mais là n'est pas le sujet du premier ministre. Tel un rêveur qui finir par croire réel ce qu'il croit, il pense toujours qu'il n'y a pas d'alternative à gauche. Alors on fait silence dans les rangs. Et tout va bien.

Le quatrième enseignement est le score de la droite unie (UMP et UDI) qui arrive en tête de ces élections avec 31%. L'UMP fait entre 23 et 25% et l'UDI entre 5 et 7%. Sarkozy ne sort pas vainqueur de ce scrutin puisque c'est l'union avec le Centre prônée par Alain Juppé qui permet à la droite de l'emporter.

Le cinquième enseignement majeur est la persistance d'une abstention de masse, puisque seulement un français sur deux s'est rendu aux urnes ce dimanche 22 mars. Cette abstention est surtout le fait des milieux populaires, déçus, écoeurés par les pratiques politiciennes et la politique libérale du gouvernement et de Hollande qui tourne le dos aux engagements pris. Le signal fort donné lors des municipales et des européennes n'a pas été entendu. Mais il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Alors de débacle en débacle, cette politique suicidaire conduit droit dans le mur sur tous les plans : social -économique et politique!

En résumé : Particpation : 50% 1er UMP-UDI :31%, 2ème FN : 24.7%, 3ème PS : 19.9%, 4ème Autre Gauche éparpillée : 15% avec PCF-Front de Gauche-Ecologistes à 9.6%.

 

Publié dans Elections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article