Espagne : Podemos réussit sa percée électorale en Andalousie

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Percée électorale de Podemos en Andalousie

Percée électorale de Podemos en Andalousie

Le mouvement anti-austérité Podemos, représenté par l'ex-eurodéputée Teresa Rodriguez, décroche 15 sièges et signe une entrée remarquée au parlement de la communauté autonome la plus peuplée d'Espagne (8,4 millions d'habitants).

Podemos termine troisième, derrière le PSOE de Diaz, mais aussi derrière les conservateurs du parti populaire (PP, 33 sièges, en net repli par rapport à 2012). Ciudadanos, le nouveau parti de centre-droit, lui, obtient 9 sièges. Les écolo-communistes d'IU, qui gouvernaient en coalition avec le PSOE de Diaz depuis 2012 obtiennent leur plus mauvais score historique.

Podemos, surgi en janvier 2014, n'avait jusqu'à présent accroché qu'une cinquième place, juste derrière IU, aux européennes de mai 2014. Leur résultat en Andalousie confirme qu'il faudra compter avec eux pour cette année électorale chargée, même si certains leur promettaient un score plus élevé. L'Andalousie n'est pas une terre facile pour Podemos, alors que le PSOE y a toujours gouverné depuis le retour de la démocratie, et l'après-franquisme.

Il reste à connaître la stratégie d'alliance de Susana Diaz qui, si elle s'en est approchée, ne parvient pas à former à elle seule une majorité absolue.

 

Les résultats en nombre de sièges en 2015 et en 2012. Infographie: infolibre.Les résultats en nombre de sièges en 2015 et en 2012. Infographie: infolibre.

Ces élections n'étaient qu'un avant-goût d'une année électorale chargée.

Fin mai, pas moins de 13 autres régions renouvellent leur exécutif et l'ensemble des villes organisent un scrutin municipal (avec des victoires possibles pour les plateformes à gauche du PSOE, sous l'étiquette Ganemos).

En septembre viendra le tour des élections catalanes, où la question de l'indépendance ne manquera pas de se reposer.

Enfin, les législatives sont attendues à la fin de l'année (peut-être en janvier 2016) et devraient permettre à Podemos de faire éclater le bipartisme PP-PSOE qui dicte la vie politique espagnole depuis la sortie du franquisme.

Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article