L'espoir et l'alternative passent par la vérité sur les résultats du 22 mars !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Les résultats des départementales du 1er tour, un devoir de vérité !

Les résultats des départementales du 1er tour, un devoir de vérité !

Les médias persistent dans le mensonge malgrè les chiffres fournis par les organisations, vérifiables par tous et souvent diffusés par la presse spécialisée.

Il y a donc un devoir de vérité. Ce que gouvernement et médias libéraux ne veulent pas entendre tant ils doivent cacher par tous les moyens la construction de cette gauche nouvelle, hors du PS, qui a pris essort dans la préparation de ces départementales, et qui porte un message d'espoir en l'alternative sociale, écologique et démocratique possible dans notre pays.

Alors que s’est-il également passé dans ces élections ?

Une gauche nouvelle qui s’impose. Oui, dans les 3/4 des cantons, les électeur-trice-s avaient le choix, entre la liste gouvernementale prétendue à gauche et une liste alternative. Tantôt Front de Gauche, tantôt listes citoyennes soutenues par le Front de Gauche et également de nombreux cantons et départements où les soutiens rassemblaient avec le Front de Gauche, EELV, parfois Nouvelle Donne et le NPA.

Les bidouillages des « nuanciers » d’intitulés de listes des préfectures, bien orchestrés par le Ministère de l’intérieur et de fait par le PS ont permis d’occulter leurs scores.

Dans les faits, le Front de Gauche seul, a enregistré une moyenne nationale de 9,4%, soit 0,6 de plus qu’aux cantonales de 2011 et bien plus qu’aux européennes. Le Front de Gauche enregistre donc 9,4% des suffrages exprimés sur le total des cantons métropolitains et 11,9 % sur les seuls cantons où il présentait des candidats (soit 1.540 cantons). Il s’agit donc d’une progression dans le spectacle de débandade de « la gauche » donné par les médias.

Sur 448 cantons au moins, des listes soutenues et par le Front de Gauche et par EELV étaient présentent. Elles ont enregistré une bonne moyenne de 13,6%. Et dans les départements ou les villes où cette cohérence était générale, les scores montaient à une moyenne autour de 20%.

Evidemment, les démarches diverses de dépassement du Front de Gauche, tant dans leurs soutiens politiques rassemblant de fait les partis anti austérité, que dans leurs ancrages dans une démarche citoyenne n’ont pu bénéficier d’une lisibilité.

Le débat se poursuit à EELV entre celles et ceux qui souhaitent re rentrer au gouvernement ou au contraire s’engager dans l’alternative autonome du PS. Mais quel qu’en soit le traitement médiatique défavorable, cette expérience de l’alternative en marche, nombre d’électrices et d’électeurs l’ont vécue !

Cette bataille dans l’interprétation des résultats est aussi déterminante que la campagne elle-même. Nous invitons à la mener. On est encore loin de la dynamique Syriza ou Podémos, mais semons l’espoir et propageons les bonnes nouvelles. Dans l’immédiat, soutenons les nombreux candidat-e-s Front de Gauche, listes citoyennes, listes Front de Gauche/EELV qui se maintiennent au second tour ! Encourageons-les !

Et sans attendre, préparons le prochain grand rendez-vous de la contestation de la politique gouvernementale : la manifestation interprofessionnelle, intersyndicale du 9 avril contre la Loi Macron. Dans les urnes et dans la rue, continuons. Car il est évident qu’une autre politique est possible et nécessaire !

Comme disent beaucou "Ne lâchons rien !"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article