Le M6R a choisi son assemblée représentative

Publié le par Humanité

Le M6R a choisi son assemblée représentative
Le mouvement pour une 6e République initié en septembre dernier par Jean-Luc Mélenchon a rendu public, mercredi, la composition de son assemblée dont les membres ont été élus via internet, tirés au sort ou désignés.
 
A quelques jours des élections départementales, ce sont les résultats d’un autre scrutin qu’ont proclamé, mercredi, les animateurs du Mouvement pour la 6e République (M6R), dans un café parisien. Lancé en septembre dernier par Jean-Luc Mélenchon le mouvement a désigné, ces dernières semaines via internet, les membres de son Assemblée représentative constituée de 188 personnes. 50 ont été tirées au sort parmi les 83 000 signataires que comptent désormais l’appel initié en septembre par 50 personnalités politiques, culturelles et intellectuelles, 108 ont été élues via la plateforme de débat en ligne du mouvement « Nous le peuple », 30 sont issues des rangs des membres fondateurs du M6R.  

« C’est une étape cruciale », estime Aurore Chignolet chargée des relations du mouvement avec la presse. « Notre démarche est partie d’un constat simple, ajoute Mathieu, un professeur de droit qui se présente comme Marc Duval pour des raisons professionnelles : notre pays connaît une crise morale, civique, démocratique dont l’abstention est un symptôme et qui découle du régime politique actuel de la France.

La 5e République est le régime de la monarchie présidentielle irresponsable, d’une assemblée parlementaire non représentative, de la souveraineté du peuple confisquée et des promesses bafouées ». Un constat que les militants estiment encore plus pertinent après le recours au 49-3 du gouvernement pour imposer la loi Macron ou la promesse de François Hollande de ne rien changer à sa politique quelque soit le résultat des élections départementales.

Ils entendent y opposer leur objectif commun : la convocation d’une Assemblée constituante en vue d’une 6e République. « Cet engagement est le meilleur moyen de donner un écho à ce qui me préoccupe, à mon engagement associatif contre la misère sociale», explique Myriam Aloughi, adhérente du PG dans les Hauts-de-Seine, tirée au sort.  Elle siègera aux côtés d’anonymes mais aussi de personnalités notamment politiques issues de différentes formations comme Eric Coquerel ou Raquel Garrido du Parti de gauche, Julien Bayou ou Jérome Gleizes d’Europe écologie-les Verts, Francis Parny ou Marie-Pierre Vieu du PCF ou encore Liem Hoang-Ngoc du PS.

Jean-Luc Mélenchon en revanche ne figure pas sur la liste. « Il a toujours exprimé le souhait que le mouvement s’auto-organise », rappelle-t-on au M6R.

Pour ses organisateurs, le vote, dont les résultats ont été annoncés hier, est une réussite. « C’est un grand succès avec plus de 18 000 inscrits sur notre plateforme, plus de 1000 candidats à l’élection et plus de 10 000 votants. On ne s’attendait pas à autant de participation», se réjouit Guillaume Robin, coordinateur du comité technique du mouvement. « Le choix du mode de désignation mixte nous permet de représenter la diversité du mouvement qui est traversé par un débat entre partisans de l’élection et ceux du tirage au sort », explique Mathilde Panot également membre de ce comité.

En effet, le débat a parfois été vif à l’instar de la polémique à ce sujet née en décembre entre la comédienne Judith Bernard et l’écrivaine Pascale Fautrier, toutes deux membres fondatrices, la seconde accusant la première d’accointance avec Etienne Chouard accusé lui-même de complaisance avec Alain Soral.

Quant à la désignation d’une partie de l’assemblée par les personnalités initiatrices de l’appel et en leur sein : «Le mouvement n’aurait pas existé sans ses initiateurs, il était important que ceux qui le souhaitent - ce qui n’a pas été le cas de tous - puissent être présents au sein de cette assemblée», explique Guillaume Robin.

Le rôle de cette dernière et les objectifs concrets du mouvement, eux, restent encore flous. « L’objectif est de rendre majoritaire dans le pays l’idée d’une 6e République. Pour le reste rien n’est encore décidé », explique Guillaume Robin.

« Les élus animeront le lien entre la plateforme internet, le terrain et l’assemblée », souligne cependant  Mathilde Panot rappelant que l’ambition est que chaque signataire puisse organiser les initiatives locales qu’il juge pertinentes. «Nous sommes face à une feuille blanche tant sur le contenu que sur les nouvelles formes d’actions à inventer pour remobiliser le peuple », estime Bastien, élu en Provence-Alpes-Côte d’Azure,  qui prévient que « si l’assemblée devient la direction du mouvement, elle aura raté son pari ».

Sa première réunion doit avoir lieu avant l’été, si le financement participatif en ligne lancé par le M6R atteint ses objectifs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article