Pétition contre les emprunts toxiques de la Métropole de Lyon

Publié le par Colectif pour un audit public de a dette

Pétition contre les emprunts toxiques de la Métropole de Lyon

Il y a quelques semaine le Collectif de Lyon pour un Audit citoyen de la dette publique dont attac-Rhône fait partie, a élaboré avec une dizaine d'organisations, mouvements, partis politiques du Rhône une pétition pour dénoncer les taux usuraires résultant d'emprunts toxiques que devront payer la Métropole lyonnaise et le nouveau Conseil général du Rhône. Voir texte joint.

Quelques centaines de signatures ont déjà été recensées à ce jour. Ce résultat est encore insuffisant.

C'est pourquoi nous relançons la pétition électronique disponible à l'adresse suivante pour la signer : http://local.attac.org/cad69/spip.php?article86

Nous demandons à toutes et tous de bien vouloir signer, faire signer et diffuser le plus largement possible cette pétition.

Merci pour votre mobilisation

XXX

 

Texte de la pétition : Nous refusons de payer aux banques les intérêts usuraires des prêts toxiques !

 

Le Collectif de Lyon pour un audit citoyen de la dette publique travaille depuis plus de deux ans à identifier et dénoncer les emprunts toxiques du Conseil général du Rhône contractés, au début des années 2000, dans le secret le plus total, par Michel Mercier.

La mise en place de la Métropole lyonnaise au 1er janvier 2015 risque d’aboutir au transfert de ces prêts toxiques à cette nouvelle collectivité. Il s’agit au bas mot de 233 millions de prêts toxiques pouvant générer des surcoûts d’intérêts importants (qui seront payés aux banques) d’environ 150 à 200 millions d’euros, alors que les moyens des collectivités se réduisent et que les besoins sociaux explosent.

Tout cela se fait une fois encore dans une totale opacité entre Gérard Collomb et Michel Mercier.

Notre collectif veut, quant à lui, mettre ces questions au grand jour sur la place publique. Selon les informations parues dans la presse, le 7 novembre 2014, le Grand Lyon hériterait au 1er janvier de 64 % des prêts contractés par le Conseil général ; les prêts toxiques seraient partagés. "Nous les gérerons ensemble pour permettre de poursuivre les actions en justice déjà intentées", a déclaré Monsieur Collomb.

Mais de quelle action en justice parle-t-on ? Vers quels tribunaux ? Quels sont les prêts concernés ? Et que se passera-t-il ensuite ? Pour le moment ces questions restent sans réponse.

Notre Collectif, des citoyens réclament que la plus grande transparence soit faite par nos élus sur ces questions qui risquent de grever lourdement les finances de nos collectivités locales au détriment du service dû au public.

Je refuse que l’argent public serve à payer aux banques les intérêts usuraires des prêts toxiques. Je demande que toute la clarté soit faite sur ce dossier par les élus

Collectif de Lyon pour un Audit citoyen de la Dette Publique (CAD69); ATTAC69 ; CGT69 ; FSU69 ; SOLIDAIRES69 ; EELV69 ; Ensemble!69 ; NPA69 ; PCF69 ; PG69

 

 

Publié dans Métropole de Lyon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article