Sapin prône l'austérité salariale au patronat : scandaleux !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Sapin ne veut pas que les salaires augmentent ! Cela s'appelle l'austérité !

Sapin ne veut pas que les salaires augmentent ! Cela s'appelle l'austérité !

Attention à ne pas augmenter les salaires trop vite, a prévenu le ministre des Finances Michel Sapin aux patrons s'is veulent préserver leurs marges.

"Les marges ne se calculent pas seulement avec les prélèvements, il peut aussi y avoir des évolutions sur les salaires", a-t-il déclaré devant des responsables de groupes étrangers et le président du Medef, Pierre Gattaz.

"Et, bien entendu c'est la responsabilité de chaque chef d'entreprise de faire en sorte que les salaires n'augmentent pas plus que la productivité, surtout dans des périodes où le taux d'inflation est très faible ou même éventuellement proche de zéro" a-t-il ajouté.

Il signifiait aux patrons présents que le pacte de responsabilité du gouvernement et les baisses de prélèvements (cotisations et impôts) qu'il prévoit rétablissait les marges, d'avant la crise. "Les 41 milliards c'est exactement, comptablement la différence entre les marges d'aujourd'hui et les marges de 2008", a-t-il lancé. "Mais je ne me préoccupe pas de ce qui ne me préoccupe pas, c'est à vous de prendre ceci en conséquence", a-t-il dit aux dirigeants des filiales d'entreprises étrangères installées en France et à Pierre Gattaz, lors de la 9e édition des Etats de la France. En gros vous faites comme vous voulez, mais voilà mon conseil. Quelle hypocrisie !

Si on comprend bien, Sapin reconnait deux chose terribles, d'une part il avoue qu'il faut continuer l'austérité salariale que les salariés connaissent depuis plus de 15 ans et qui a fait des dégâts sociaux considérables et il avoue d'autre part que le "pacte de responsabilité" a pour seul objectif de transférer des fonds publics vers les profits !

C'est tout simplement scandaleux car depuis 2008 les patrons n'ont pas attendu pour imposer l'austérité salariale et supprimer massivement des emplois pour ceux qui auraient eu leurs marges (leurs profits) affectées par la crise. D'ailleurs, il est noté par les économistes sérieux que les profits ont retrouvé très vite leur niveau d'avant crise (voir ci-après l'évolution des versements des dividendes aux actionnaires du CAC ).

Sapin n'a même pas la décence de demander au patronat d'investir et de créer des emplois en contre partie du fameux pacte. Il n'ose pas, parce qu'il sait très bien que l'accord conclu entre l'état et le patronat vise à transférer ces fonds publics sans contre partie !

Cela est insupportable car ces sommes énormes sont ponctionnées sur les budgets publics, état et collectivités territoriales, mis au régime sec. Cela a pour conséquence de brider la croissance, de nourir la crise sociale, d'aggraver le chômage et la pauvreté, et d'alourdir en retour la dette du pays qui n'est utilisée que pour justifier l'austérité.

Il est urgent de stopper cette politique suicidaire qui conduit à une catastrophe sociale et économique, en développant partout l'action pour les salaires, pour l'emploi, pour le développement des services publics et de nos industries.

D'ailleurs l'on peut s'interroger si l'ordre de Sapin au patronat ne découle pas de la recrudescence des luttes qui portent l'exigence de meilleurs salaires. Une manière d'affirmer que face à ces luttes qui portent l'intérêt général, il ne faut pas céder !

Et bien il faut pousser plus fort et tous ensemble. C'est cela même qu'ont entrepris les syndicats avec la journée d'action nationale du 9 avril prochain.

Mais sans attendre, dès le 22 mars l'on peut dans les urnes avec le vote Front de Gauche, dire cette politique ça suffit ! Et porter l'exigence d'un changement de cap qui place l'humain et le développement au centre des défis à relever!

Ne vous abstenez pas, votez, votez Front de Gauche.

Evolution des didendes versés aux actionnaires du CAC 40 depuis 2004. Stupéfiants !

Evolution des didendes versés aux actionnaires du CAC 40 depuis 2004. Stupéfiants !

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article