Taubira, citée par Le Canard : «J'avale des couleuvres de plus en plus épaisses»

Publié le par Le Figaro

La garde des sceaux, Christine Taubira

La garde des sceaux, Christine Taubira

Sa lourde charge contre Manuel Valls, jeudi dans l'Obs, était un cri du cœur. Christiane Taubira semble de moins en moins supporter la politique menée par Manuel Valls. Et la garde des Sceaux l'a une nouvelle fois expliqué lors d'un déjeuner avec les anciens ministres Aurélie Filippetti et Arnaud Montebourg.

Selon Le Canard enchaîné, elle se serait davantage livrée: «J'avale des couleuvres de plus en plus épaisses». «La loi sur le renseignement (qui arrive à l'Assemblée nationale le 13 avril prochain, ndlr) qui permet une intrusion dans la vie privée, est aux antipodes de mes idées.

J'ai été dépossédée de la loi sur les professions juridiques au profit de Macron et c'est pour ça que j'ai refusé de siéger au banc du gouvernement pendant la discussion sur ce texte», aurait-elle détaillé aux deux ex-ministres, eux-mêmes critiques vis-à-vis du premier ministre.

La ministre de la Justice se serait agacée de «perdre tous (ses) arbitrages» interministériels. «Parce que je ne suis pas du tout sur la ligne de Valls. Je suis garde des Sceaux d'un gouvernement qui suit une ligne de sécurité publique contraire à ce que je pense et une ligne politique qui n'est pas la mienne», a-t-elle constaté.

«Je t'expliquerai»

Des déclarations à l'opposé de celles de jeudi dernier, où, à la sortie du conseil des ministres, elle relativisait la portée de son interview à l'Obs.

«Le jour où je ne suis pas solidaire du gouvernement, je m'en vais», expliquait la ministre, ajoutant: «Ça n'aurait pas de sens que je sois au gouvernement et que je considère que le premier ministre, quel qu'il soit, que ce soit Manuel Valls ou un autre, soit responsable de cette longue traversée difficile que la gauche a connue».

Mais son interview à l'hebdomadaire n'est pas passée inaperçue à Matignon. «Il faudra que tu m'expliques en quoi la gauche a repris les mots de la droite», a demandé Manuel Valls selon des propos rapportés par le journal satirique. Mais le chef du gouvernement se serait vu rétorquer un «je t'expliquerai» par sa ministre.

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article