13 et 14 juin : Pour les services publics rassemblement à Guéret contre l’austérité

Publié le par Humanité

13 et 14 juin : Pour les services publics rassemblement à Guéret contre l’austérité
Les 13 et 14 juin prochains, organisations syndicales et politiques, collectifs, coordinations, salariés, retraités, citoyens convergeront à Guéret (Creuse) pour reconquérir les services publics.

 

Élus, syndiqués, membres d’associations : ils étaient trente-sept représentants hier autour de la même table pour appeler à la défense des services publics et à un grand rassemblement les 13 et 14 juin à Guéret, dans la Creuse, pour les reconquérir.

« Notre diversité est exceptionnelle, a salué éric Coquerel du Parti de gauche et conseiller régional Île-de-France. L’État social est attaqué. Il n’y a pas qu’en Grèce que les services publics le sont : en France aussi.

Tout cela est adossé à une réforme territoriale qui marque un retour au féodalisme et aux grands duchés non compatibles avec les services publics. » « Cette réforme territoriale tombe à point nommé pour notre rassemblement de Guéret, a ironisé le syndicaliste de Solidaires Denis Turbet-Delof. La problématique n’est pas propre aux personnels de la fonction publique, les citoyens sont percutés par la réforme qui change l’approche des services publics sur le territoire.

C’est pourquoi ceux-ci doivent se mobiliser à Guéret pour se réapproprier le débat public. »

Transports, santé, énergies : autant d’accès aux services remis en cause qui mobilisent les membres de la Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics.

« Aujourd’hui, on dépèce le bien commun construit après 1945, a dénoncé Pierre Ménard, de Convergence nationale rail. On a détruit le fret marchandise en ouvrant à la concurrence, maintenant on s’attaque aux trains intercités : un tiers du réseau national risque de disparaître ou va être livré à la concurrence (voir révélations dans l’Humanité du 31 mars 2015). »

Pour Michel Jallamion, président de Convergence, l’appel de Guéret est une suite logique après les « mobilisations partout en France, de citoyens, de salariés, d’élus contre la politique d’austérité ». Pour preuves, les dernières luttes organisées par les syndicats des services publics ou de fonctionnaires à Argenteuil (95), à Lyon (69), à Saint-Étienne (42), Bourges (18), Lille métropole (59), Mulhouse agglomération (68), La Rochelle (17), etc.

Les élus aussi s’engagent comme Jean-Jacques Paris, de l’Anecr (Association nationale des élus communistes et républicains) : « Les collectivités locales ont toujours été un point de résistance face à la centralisation et l’existence des services publics (pour le maintien de bureaux de poste, des gares, etc.).

Mais les collectivités locales sont étouffées sous les politiques d’austérité, à travers la baisse des dotations, du levier fiscal, de l’assiette fiscale : on demande de plus en plus aux ménages et de moins en moins aux entreprises. »

Le conseiller régional de Haute-Normandie EELV David Cormand veut, lui, remobiliser sur « la bagarre idéologique de fond » parce que « l’objectif principal d’une réforme ne peut être les économies » mais doit reposer sur un vrai projet.

Pour le frondeur socialiste Liêm Hoang Ngoc, se réunir à Guéret au mois de juin est doublement important. Car c’est à ce moment-là que le Conseil européen se prononcera sur le programme de stabilité, et les nouvelles économies à réaliser… mais aussi parce qu’« il y aura peut-être un remaniement ministériel à ce moment-là ».

La dimension européenne ne doit pas être négligée pour le secrétaire national du PCF Pierre Laurent, « car on assiste à la même casse du système des services publics dans toute l’Europe. Guéret aura de la résonance au-delà de nos frontières ».

Alors pour « passer tous ensemble à l’offensive » des représentants syndicaux, associatifs et politiques de Grèce, d’Espagne, d’Allemagne seront présents à Guéret. Ces deux journées pour les services publics visent à en doubler la population… soit à attirer 10 000  personnes pour discuter des services publics, de l’aménagement du territoire, du climat, de la réforme ferroviaire, de l’eau. Élus, salariés, syndicalistes, citoyens manifesteront ensuite ensemble avant de participer le lendemain à une table ronde transverse « services publics, socle d’une nouvelle démocratie économique et sociale ».

« Nous ne voulons pas rester sur le constat mais redéfinir les services publics à partir des nouveaux besoins citoyens, sociaux et économiques », a avancé Viviane Flatraud de la CGT des services publics. Dix ans après la manifestation nationale de Guéret pour des services publics de proximité, l’urgence commande de reélaborer un manifeste « outil citoyen, en réponse aux exigences démocratiques et sociales de demain ». La mobilisation nationale de Guéret devrait aussi lancer en début d’année prochaine des Assises nationales du service public du XXIe siècle.

Lyon et Paris avant guéret  Mardi 19 mai, la fédération CGT des services publics organise une double manifestation à Lyon et à Paris sur 
la question de la réforme territoriale et les libertés syndicales.

À Paris, le projet de loi nouvelle organisation territoriale de 
la République sera en cours d’examen 
à l’Assemblée nationale. La CGT appelle donc à un départ de la manifestation 
à 14 heures à Port-Royal. À Lyon, 
la métropole fait figure de modèles pour d’autres métropoles du territoire, mais 
les revendications syndicales y ont été durement réprimées. La fédération appelle donc au rassemblement à 13 heures, 
place Bellecour, d’où partira le cortège.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article