Poème de Bertolt Brecht, où notre état d'esprit aujourd'hui

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Poème de Bertolt Brecht, où notre état d'esprit aujourd'hui

Considérant que nous sommes faibles

Vous érigez des lois pour nous asservir

Ces lois nous les déclarons caduques

Car nous ne voulons plus être asservis

Considérant que justement vous

Nous menacez avec des armes et des canons

Nous avons décidé qu’à partir de maintenant

Nous refusons l’asservissement plus que la mort

2.

Considérant que nous restons affamés

Lorsque nous acceptons que vous nous déplumiez

Nous voulons démontrer que ce ne sont que des vitres bien frêles

Qui nous séparent du bon pain qui nous manque.

(Refrain)

3.

Considérant qu’il y a des maisons

Alors que vous nous laissez sans toit

Nous avons décidé d’y habiter

Car nous ne nous plaisons plus dans nos trous

(Refrain)

4.

Considérant qu’il y a vraiment beaucoup de fric*

Alors que nous sommes en train de geler par son manque

Nous avons décidé de venir le prendre

Considérant qu’alors il nous tiendra au chaud.

(Refrain)

5.

Considérant que ça vous attristerait

De nous accorder un bon salaire

Nous prenons en charge maintenant les usines

Considérant que sans vous il y en aura juste pour nous.

(Refrain)

6.

Considérant que quoique nous promet le gouvernement

Nous ne lui faisons plus confiance

Nous avons décidé, de nous construire une vie meilleure

Sous notre propre direction.

Considérant que vous aimez le bruit des canons

Vous ne pouvez comprendre une autre langue

Nous devons, oui, ça vaudra le coup

Retourner les canons contre vous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article