Réforme des collèges : Valls et Valaud-Belkacem passent en force !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Valls a encore choisi le passage en force. Il avait déclaré le jour même de la journée d'action unitaire des enseignants largement suivie que le décret serait «publié le plus rapidement possible».

C'est fait. Au lendemain de la journée de grève et de manifestations, le décret ainsi que l'arrêté portant sur la réforme très contestée du collège sont parus au Journal officiel. Le décret et l'arrêté relatifs «à l'organisation des enseignements au collège» prévoient comme prévu une entrée en vigueur de la réforme «à compter de la rentrée scolaire 2016».

La réforme prévoit de laisser chaque collège fixer 20% de son emploi du temps, une deuxième langue vivante (LV2) avancée en cinquième et les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), prévus à partir de la cinquième. Les huit thèmes d'EPI vont de la santé à la culture en passant par la transition écologique ou les langues de l'Antiquité. Les élèves en suivront deux par an et au moins six des huit thématiques entre la cinquième et la troisième. L'un de ces EPI, portant sur les «langues et cultures de l'Antiquité» remplace les options latin et grec qui sont supprimées.

Au côté des enseignants de langues anciennes, les professeurs d'allemand ont aussi fait part de leur inquiétude: la discipline pâtira, selon eux, de la suppression des classes bilangues (deux langues étrangères dès la sixième, des classes suivies par 16% des élèves de sixième).

L'autonomie accrue accordée aux établissements et l'interdisciplinarité ont généré la colère des enseignants et de leurs syndicats. Mardi, un enseignant sur deux était en grève et des milliers sont descendus dans la rue pour protester contre cette réforme à la tonalité libérale et qui ne s'attaque pas aux vrais problèmes dont souffrent les collèges notamment les graves inégalités et les manques de moyens qui génèrent l'échec scolaire.

Mais la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, a répété que la réforme entrera en vigueur comme prévu à la rentrée 2016 car «elle est indispensable». Elle a cependant assuré «entendre» les enseignants, en grève ou pas, et promis «des garanties» pour une bonne mise en oeuvre de la réforme dans les textes d'application.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article