Grèce : quand l’UE perd les pédales et se déchaîne contre la démocratie

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Les petits dictateurs amateurs qui veulent diriger seuls l'Europe et qui au premier référrendum s'affolent ! !

Les petits dictateurs amateurs qui veulent diriger seuls l'Europe et qui au premier référrendum s'affolent ! !

Il aura suffi d’une pichenette grecque, d’un bon vieux croche-patte sous forme de référendum, pour que l’Europe laisse tomber ses oripeaux antidémocratiques.

En témoigne cette réunion tragi-comique des ministres des Finances réunis en catastrophe le samedi 27 juin à Bruxelles, et qui vit la meute perdre totalement les pédales, désemparée et déchirée, ne sachant plus à quel saint financier se vouer, et allant jusqu’à exclure stupidement et par dépit, en toute illégalité, le mouton noir Varoufakis de sa très glauque cour de récré.

Une bande de petits dictateurs amateurs 

De son côté, la BCE soufflait le très froid et l’infiniment tiède. Après avoir tonitrué sa décision de couper les vivres au pays récalcitrant, Mario Draghi annonçait ce dimanche le maintien tout juste des aides aux banques grecques (insuffisantes toutefois pour les tirer d’affaire). Explication de Mario Draghi : «Nous ne pouvons faire autrement pour la Grèce, car ceci pourrait avoir des conséquences pour toute la zone euro. »

Chez les observateurs, la surprise laissait place à la risée ou à la franche colère. Parlant de « fiasco historique », voici le commentaire courroucé du webmagazine allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichtung :

« Après le chaos de samedi lors de la réunion des ministres des Finances de l’Eurogroupe, plus personne ne sait ce qui va se passer. La zone euro se présente comme une bande d’amateurs qui perdent leur sang-froid et sont incapables de négocier — de petits dictateurs qui se mettent à trembler dès que la cloche a sonné l’heure de la sortie. On ne veut plus être gouverné par ces gens. »

Le sort de l’UE entre les mains du peuple grec

Sans plus se préoccuper de cette bande d'archaïques qui ont les pieds et les mains liés à la grande finance internationale, le gouvernement grec a passé dès ce week-end la vitesse supérieure, faisant valider haut la main son projet de référendum par le Parlement d’Athènes, et réunissant dimanche un Conseil de stabilité systémique pour étudier les mesures d’urgence à prendre dès lundi afin d’endiguer une éventuelle panique bancaire. Les plus jeunes faisaient preuve d'une expérience surprenante qui déstabilisait les vieux eurocrates de Bruxelles !

Confirmant sa détermination, Alexis Tsipras annonçait la fermeture temporaire des banques pour au moins une semaine et un contrôle des capitaux avec une limitation des retraits à 60 euros par jour. Le premier ministre grec garantissait dans la foulée les dépôts des citoyens et le versement des salaires et des retraites.

Sera-ce suffisant pour emporter l’adhésion de l’opinion grecque au « non » que le leader de Syriza appelle de ses vœux ?

Malgré les incroyables pressions, chantages et humiliations que lui font subir les autorités européennes qui sont en train de passer le peu de légitimité qu'ils ont par pertes et profits, le peuple grec aura son destin en main le dimanche 5 juillet. Mais aussi celui de l’Union européenne par la même occasion.

Le pire qui puisse arriver aujourd’hui aux exécrables vieilles badernes de Bruxelles, de Francfort et de Washington ? Que la Grèce, dans le sillage de l’Islande, réussisse sa sortie.

Comme l’écrit un blogueur : « Nous vivons les journées les plus importantes depuis l’effondrement de l’URSS. »

Publié dans Grèce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article