Le PCF : une force motrice de l'alternative politique !

Publié le par Igor Zamichiei

Le PCF : une force motrice de l'alternative politique !

Chacun-e mesure la gravité des renoncements de François Hollande et de son refus de s'attaquer à la finance jusqu'à se soumettre définitivement à ses injonctions par la mise en œuvre du pacte de responsabilité. Trois ans après le début du quinquennat, il est donc grand temps d'engager une nouvelle offensive politique ! Non seulement continuer de résister mais surtout construire, avec toutes les forces disponibles, l'alternative de gauche nécessaire pour sortir la France de la crise.

Deux événements récents indiquent que nous avons pris le chemin de ce choix exigeant.

Le premier s'est tenu le 20 mai dernier. Un Conseil national de notre parti rendait public ce jour là un texte intitulé « La France en commun ».

Tous les choix de civilisation auxquels nous sommes confrontés y sont abordés à travers les enjeux d'émancipation sociale, de transition écologique et de refondation démocratique de nos institutions. Notre objectif ? Définir « un communisme de nouvelle génération » et lancer simultanément un appel aux travailleurs-euses, aux citoyen-ne-s, aux forces associatives, syndicales et politiques : construisons ensemble le nouveau projet d'émancipation humaine capable de nous rassembler et le programme d'action pour engager la France dans ce projet !

Dès le 23 mai, une première initiative impulsée par Marine Roussillon, dirigeante nationale du PCF, se tenait pour repenser une politique de gauche de l'éducation.

Le deuxième événement, c'est le forum européen des alternatives qui s'est tenu les 30 et 31 mai, place de la République, dans un silence médiatique assourdissant.

A l'initiative du Parti de la gauche européenne, de son Président Pierre Laurent et d'Anne Sabourin qui représente le PCF au bureau exécutif du PGE, il a rassemblé 5.000 personnes dont 200 invités européens, 42 formations politiques, 18 syndicats et 80 associations représentant environ 20 pays européens.

Dix ans après le NON au traité constitutionnel européen, nous avons montré, en présence de nos amis grecs et espagnols de la gauche radicale, que des solutions alternatives à l'austérité pourraient permettre de sortir l'Europe de la crise et qu'elles rassemblent de très nombreuses forces.

Ces deux événements peuvent avoir une très grande portée politique. Il nous faut désormais poursuivre et amplifier cette dynamique de travail sur le projet et de rassemblement. C'est de cette façon que nous pourrons élargir dans les mois qui viennent le rassemblement initié avec le Front de gauche.

D'abord en étant aux côtés du peuple grec, dans un moment clé de son histoire et de l'histoire de la construction européenne, en travaillant à la réussite de la semaine d'action du 20 au 26 juin. Nos avenirs sont liés. Ensuite en soutenant les mobilisations sociales et en nous saisissant des prochaines échéances électorales régionales pour montrer la force du chemin de progrès et de rassemblement que nous proposons.

Ce chemin sera long et jonché d'obstacles mais tout indique que le PCF possède les ressources, par la mobilisation de tous les communistes, pour être, comme si souvent au cours de son histoire, une force motrice de l'alternative politique !

Igor Zamichiei, secrétaire de la Fédération de Paris du PCF.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article