Le PCF se dote d’une feuille de route

Publié le par Humanité

Le PCF se dote d’une feuille de route
La direction du Parti communiste, réunie jeudi à Paris, a convoqué son prochain congrès du 2 au 5 juin 2016 
avec à l’ordre du jour la réécriture de son projet de société, ses transformations internes et 2017.

La rentrée à peine sonnée, c’est déjà une année chargée en débats et mobilisations qui s’annonce pour les communistes à en croire leur direction réunie, jeudi à Paris, pour un conseil national (le parlement du PCF). Après avoir validé à l’unanimité l’arrivée au sein du parti des membres de la Gauche unitaire de Christian Picquet (lire sur l’Humanité.fr), celui-ci a officiellement convoqué le 37e congrès du PCF, fixant sa date du 2 au 5 juin 2016. À l’ordre du jour de ce rendez-vous, Jacques Chabalier, membre de l’exécutif en charge d’introduire les débats de jeudi, a listé trois points : « porter une ambition de transformation sociale » avec un travail sur le projet de société défendu par les communistes qui a déjà commencé et qui doit faire l’objet d’une « convention nationale » au printemps ; « décider des transformations audacieuses du parti » et de son fonctionnement ; « travailler (à la) démarche, (aux) objectifs et (à la) méthode (du PCF) pour affronter les échéances politiques de 2017 ». À cet égard, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a estimé en début de semaine que « François Hollande et Manuel Valls conduisent la gauche à la défaite. Nous devons construire une autre voie qui peut conduire un véritable projet de gauche à la victoire en 2017 », a-t-il prévenu.

Lancement de la campagne 
des régionales

Comment y parvenir ? La question compte parmi les « interrogations légitimes » sur lesquelles les communistes auront à se pencher en prise avec l’actualité, à commencer par la « crise grecque », a souligné Jacques Chabalier jugeant que « l’alternative à l’austérité en Europe est un élément indissociable du sens de (la) bataille politique (du PCF) en France ». Si, régionales obligent, la « préparation active » du rendez-vous de juin ne devrait être lancée qu’à un prochain conseil national prévu les 16 et 17 janvier, les militants semblent déterminés à conduire le débat sans attendre. Dès ce week-end, à la Fête de l’Humanité, la réflexion s’engagera, notamment sur l’alternative en Europe.

Mais le rendez-vous du Bourget sera aussi « celui du lancement public de (la) campagne (du PCF), nationalement et dans les régions » en vue des échéances de décembre, selon Jacques Chabalier. Alors que dans nombre de régions, les discussions avec ses potentiels partenaires (du Front de gauche, d’Europe Écologie-les Verts…) se poursuivent, parfois avec difficultés, le PCF a défini, jeudi, ses trois axes de bataille : « un nouveau développement créateur d’emplois contre l’austérité », « la promotion des services publics », et « l’égalité des territoires et la démocratie citoyenne ». Le tout avec l’objectif, a insisté Pierre Laurent, de « battre la droite et l’extrême droite qui rêvent de grand chelem ». Une initiative nationale est également prévue le 17 octobre alors que l’ambition affichée est de parvenir à boucler l’ensemble des listes pour la fin septembre.

D’ici là, de nombreuses batailles s’annoncent : la mobilisation face à l’offensive du gouvernement contre le Code du travail, avec, notamment, un rendez-vous le 6 octobre qui réunira spécialistes du travail, syndicalistes, responsables politiques ; la situation des migrants avec la volonté du PCF, au-delà des actions immédiates, de faire de la Journée mondiale pour la paix, le 21 septembre, une grande journée de solidarité ; ou encore « l’ambition de gagner un accord qui réponde à l’urgence » lors de la conférence climat de la fin de l’année avec des mobilisations autour de l’avenir du ferroviaire ou encore de l’agriculture.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article