Enfin : Mario Draghi appelle à un allègement de la dette grecque

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Enfin : Mario Draghi appelle à un allègement de la dette grecque

Dans un volte-face inattendu, le président de la Banque centrale européenne estime que le fardeau est supportable pour l'économie grecque. Selon des discussions informelles au sein de l'Eurogroupe, il serait question de limiter le coût du service de la dette à 15% du PIB Le vent a définitivement tourné en faveur d’un programme de désendettement pour la Grèce.

Dans une interview à Kathimerini, un quotidien publié à Athènes, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), a reconnu mardi que le poids de la dette est insupportable et constitue un frein à la reprise économique du pays. Il s’agit d’un revirement spectaculaire qui ouvre la voie à des négociations en la matière comme le réclame sans cesse le premier ministre grec Alexis Tsipras.

Au sein de la Troïka – Fonds monétaire international (FMI), Commission et BCE – qui a signé un troisième plan de sauvetage à hauteur de 82 milliards d’euros le 14 juillet dernier, seule cette dernière s’est montrée réticente à une restructuration de la dette. Certes, l’accord laisse ouvert l’éventualité d’une restructuration, mais précise que la question se posera seulement lorsqu’Athènes aura mis en œuvre les réformes préconisées par les bailleurs des fonds.

Même au sein de la Commission, l’idée d’une remise n’a pas toujours été acquise.

En juillet dernier, le commissaire Valdis Domvrovskis chargé de l’Euro et du Dialogue social minimisait l’importance d’une telle mesure. Selon lui, la plus grande partie de la dette grecque arriverait à maturité après 2022 et que le service de la dette ne pèserait pas lourd à présent sur le budget. Il affirmait que l’Italie et le Portugal déboursent plus d’intérêts par rapport à leur PIB que la Grèce. A mi-juillet 2015, la dette extérieure grecque s’élevait à 366 milliards d’euros, soit 177% de son produit intérieur brut (PIB), contre 127% au début de la crise en 2009.

Avec le troisième plan d’aide, le taux atteindra 200% en 2017. La moyenne européenne est de 90% du PIB alors que le Pacte de stabilité fixe la limite à 60%. Le FMI considère que la limite de la soutenabilité est atteinte à 120% du PIB.

Le volte-face de Mario Draghi doit conforter de nombreux économistes ou institutions qui ont fait de la restructuration de la dette grecque une priorité. A commencer par le FMI dont la directrice Christine Lagarde avait même menacé de rejeter l’accord du 14 août dernier si une action ferme par rapport à la dette n’était pas entamée d’ici l’automne 2015.

Dans l’interview accordée à Kathimerini, Mario Dragi est direct. «Deux éléments sont cruciaux dans ce débat, dit-il. En premier, le gouvernement grec doit montrer son engagement total dans la mise en œuvre des réformes. Ensuite, une décision doit être prise à la lumière de la soutenabilité de la dette grecque.» Et d’ajouter: «Nous sommes inquiets à ce sujet et de notre point de vue, un allégement de la dette s’impose.»

Le directeur de la BCE explique aussi pourquoi une telle mesure n’était pas envisagée dès le début des négociations pour un troisième plan d’aide. «A l’époque, les circonstances étaient très différentes, dit-il. D’une part, il n’y avait pas de cadre bien défini pour gérer les crises financières et d’autre part, la Grèce avait, il y a une année, retrouvé le chemin de la croissance.»

Selon un diplomate européen, la Commission ne peut plus ignorer la revendication grecque pour un allégement de la dette. Il rappelle que le pays a déjà bénéficié de deux programmes et que le troisième paraît inéluctable.

En réalité, les premières discussions informelles ont déjà eu lieu au sein de l’Eurogroupe (ministres des Finances de la zone euro) en septembre. Une décision sera prise après une première évaluation de la mise en œuvre des réformes le mois prochain.

L’un des objectifs d’une restructuration de la dette serait de limiter les coûts du service de la dette à 15% du PIB.

Publié dans Grèce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

réveil.urgent.des.masses 14/10/2015 09:51

Si seulement vous saviez.....aluminium dans l'eau du robinet qui provoque Alzheimer que seul le silicium organique peut nettoyer (prêle)banques qui détiennent les médias et vous mentent car ruinées. ...tout ceci prédit depuis des siècles....
Ce livre doit être le virus de vérité car vous devez vous insurger contre l'injustice qui nous entoure...Voir Pierre Jovanovic et le Général Tauzin
http://laveritenevousplaira.wix.com