Suicide d'un salarié à JTEKT, la section de Pierre Bénite du PCF s'exprime

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Entrée sud de JTEKT à Irigny (Rhône)

Entrée sud de JTEKT à Irigny (Rhône)

Un travailleur de Jtekt Irigny vient de mettre fin à ses jours en se jetant du toit du bâtiment G situé au sein de l’entreprise. C’est un traumatisme que vivent les salariés de cette grande entreprise de la métallurgie de notre canton dans laquelle Eric Alberola travaillait depuis 20 ans.

Notre pensée première va à sa famille et ses proches ainsi qu’à tous les travailleurs qui côtoyaient quotidiennement Eric Alberola dont rien dans sa vie personnelle ne laisser à penser qu’il aurait recours à une telle issue.

Si la police doit faire son enquête pour déterminer les conditions du drame, il revient aussi au CHSCT de l’entreprise de clarifier les circonstances internes qui ont pu conduire à un tel acte.

Selon plusieurs syndicalistes et salariés de l’entreprise, il ressort une forte et légitime interrogation : Eric Alberola vivait une situation très tendue avec la direction de Jtekt qui menaçait de le licencier s’il ne retirait pas sa plainte en prud’hommes qu’il avait déposée suite au refus de la direction de rétablir sa prime d’astreinte dont la suppression lui faisait perdre une part non négligeable de son salaire.

Comme le précise une déclaration du syndicat CGT de l’entreprise, « Ce drame est une des conséquences cruelles auxquelles conduit la politique antisociale menée par la direction de Jtekt depuis des années et que dénonce et combat la CGT qui a plusieurs reprises est intervenue auprès des services du ministère du travail »

Une telle violence patronale conduit à un renforcement de cette maladie professionnelle qu’est le stress qui amène trop souvent des salariés fragilisés et culpabilisés à faire le choix personnel d’une issue fatale comme cela est de plus en plus le cas dans certaines entreprises.

C’est pourquoi la CGT proposera au CHSCT qu’il décide d’une expertise pour évaluer l’état psychique des salariés de Jtekt.

Il est important que le ministère du travail et ses services départementaux interviennent en urgence pour faire cesser ce type de gestion des ressources humaines qui conduit à de tels drames.

Pour qu’Eric Alerola soit la dernière victime de ce management inhumain, l’action des salariés reste déterminante. Le PCF leur apporte toute sa solidarité et son engagement pour qu’au travail, l’Humain d’abord, le respect des salariés et leur droit à un travail digne soient la primauté sur toute autre considération !

Pierre Bénite le 30 octobre 2015

Publié dans Pierre Bénite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article