Depuis le 1er janvier, à la Poste les usagers paient la note !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Depuis le 1er janvier, à la Poste les usagers paient la note !

Une nouvelle fois, La Poste se distingue par l’ampleur de la hausse de ses tarifs envers le particulier. Après la hausse historique de 2015, c’est une nouvelle augmentation des tarifs postaux : + 5 % pour le timbre de la Marianne rouge qui passe de 0,76 à 0,80 cts + 3 % : 0,68 à 0,70cts sur le timbre vert pour une distribution en j + 2.

Pour mémoire, en 2014, le timbre prioritaire avait une valeur faciale de 0,66cts, l’usager paie donc plus cher qu’il y a 2 ans pour avoir son courrier moins vite !

C’est au nom de la simplification des tarifs, qu’envoyer un courrier de 21 g passera de 1,25 à 1,60 € soit une augmentation de + 28 % !

En effet, La Poste réduit de 8 à 5, le nombre de tranches tarifaires rompant en cela avec des repères historiques. L’annonce d’une baisse pour les colis des particuliers jusqu’à 2 kg n’atténue en rien ces hausses programmées.

Les tarifs auront donc augmenté de 33% en 3 ans et ce pour palier une baisse des volumes du courrier qui plomberait les résultats. Alors que, depuis plusieurs années, La Poste réalise des bénéfices en constante augmentation!

Mais la hausse la plus significative concerne les tarifs bancaires. La Banque postale s’illustre et devient de plus en plus une banque comme les autres. Elle augmente de 48 % les frais de tenue de compte, de 5 % son assurance sur le vol et + 4 % la carte premier qui passe à 39 €.

Des tarifs et des ambitions purement commerciales qui s’éloignent toujours plus des valeurs du service public.

Les tarifs de la presse augmenteront aussi de 1 à 3 %, là essentiellement en raison des désengagements de l’Etat.

Qu’il s’agisse du courrier ou des activités financières, pour la Direction de La Poste, la réalisation de la «transformation» de l’entreprise se traduit essentiellement par faire payer l’usager et réduire toujours plus les effectifs et son implantation sur le territoire.

A contrecourant, la CGT propose le développement du service public postal. Cela passe impérativement par le maintien de bureaux de poste de proximité, une distribution du courrier et de colis en J + 1 voire H +, des services financiers réellement différents et au service des citoyens.

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article