Encore une belle victoire, les salariés de l'hyper de Chantonnay après 10 ans de bagarre !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Encore une belle victoire, les salariés de l'hyper de Chantonnay après 10 ans de bagarre !

Ultime épisode d’une saga judiciaire sur fond de harcèlement moral pour sept anciens employés de l’hyper U de Chantonnay. Ils viennent d’obtenir gain de cause. C'est une grande victoire syndicale !

Cette décision de justice « est une vraie surprise et un vrai soulagement que tout cela s’arrête » confiait, ce jeudi, un ancien salarié.

Le 13 janvier 2016, la chambre sociale de la cour d’appel de Poitiers a condamné la société Soredis Hyper U Chantonnay à verser à sept salariés la somme globale de 159 000 € de dommages et intérêts.

La politique de management du nouveau directeur, en poste de 2006 à 2008, avait généré de nombreux conflits avec les salariés. 70 d’entre eux avaient démissionné. Le directeur a été condamné par le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon pour harcèlement moral sur treize salariés en 2009.

Il est relaxé l’année suivante par la cour d’appel de Poitiers. Les salariés seront ensuite déboutés aux prud’hommes. Jusqu’au bout, leur avocate Me Blanchard est restée convaincue qu’il était possible d’entrer en voie de condamnation sur d’autres fondements que le harcèlement.

Notamment au manquement à la prévention des risques psychosociaux, à l’exécution déloyale du contrat de travail. Elle a plaidé à la cour d’appel que les démissions devaient s’analyser en licenciements abusifs. Elle a été entendue.

Mais pourquoi le patron n'est-il pas condamné ? Pourquoi les flics ne viennt -ils pas le chercher à 6 heures du matin ? Lui, il a fauté, il doit être puni !

Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article