Elections US, B. Sanders plus haut que H. Clinton...

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Elections US, B. Sanders plus haut que H. Clinton...

Cinq jours avant le vote démocrate crucial dans cet Etat, les deux candidats se sont affrontés, jeudi, lors d'un débat.

C’est une bataille sans merci à laquelle se sont livrés les deux candidats à la primaire démocrate, Hillary Clinton et Bernie Sanders, sur la scène de la Duggal Greenhouse, dans les anciens chantiers navals de Brooklyn.

De Wall Street au salaire minimum et du contrôle des armes à Israël, les deux candidats ont tout fait pour se démarquer pendant deux heures de débat passionné.

Dès les premières minutes, Bernie Sanders a donné le ton. A la question de savoir si Hillary Clinton avait l’expérience et l’intelligence pour devenir présidente, il a répondu : «Bien sûr qu’elle l’a.» Avant de dénoncer la «capacité de jugement» de celle qui a voté la guerre en Irak, qu’il qualifie de «pire erreur de politique étrangère dans l’histoire de ce pays».

Au sujet de Wall Street, Hillary Clinton a rappelé qu’elle nommerait de sévères régulateurs pour s’assurer que la loi Dodd-Frank, votée après la crise financière de 2008 soit pleinement mise en œuvre. Une mesure insuffisante pour le sénateur du Vermont, qui a renouvelé son attaque favorite contre son adversaire sur ses conférences rémunérées pour Goldman Sachs. «Etait-ce avant ou après que vous avez reçu de grosses sommes d’argent pour faire des discours ? Ils ont dû être très très contrariés par ce que vous leur avez dit», a-t-il ironisé.

Le débat a rebondi sur le contrôle des armes à feu, une question sensible dans l’Etat de New York. L’ex-sénatrice a accusé Bernie Sanders d’avoir voté cinq fois contre la loi Brady, qui a introduit une vérification des antécédents des acheteurs d’armes dans les années 90, et en faveur d’une autre loi qui protège toujours efficacement les fabricants d’armes à feu de toute responsabilité juridique.

En matière de politique étrangère, le débat s’est cristallisé sur la question d’Israël, Bernie Sanders dénonçant le soutien inconditionnel de l’ancienne secrétaire d’Etat du pays. «Si notre but est de rechercher la paix, nous ne devons pas dire à Nétanyahou qu’il a toujours raison», a-t-il déclaré.

Publié dans Amérique du Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article