Macron est de droite, c'est clair !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Macron est de droite, c'est clair !

Macron suggère de supprimer l’ISF. Cela n'est pas une surprise, il continue ainsi à donner des gages à la droite. En cas de retour de celle-ci aux affaires, il pourra être la passerelle entre la droite et les sociaux libéraux et envisager sa nomination comme 1er ministre d'une union nationale droite-PS pour accélérer la casse de la France comme le demandent les banques, les marchés financiers, les grands oligopoles et leur représentant Gattaz.

Mais il y a un hic de taille! Il vient piétiner les plates bandes de Valls qui lui aspire aussi à l'union nationale qu'il a commencé de construire avec les réformes réactionnaires que l'on connait et qui vient d'en remettre une louche avec la prolongation de l'état d'urgence. Il reproche aussi à son ministre de dire tout haut ce que le PS est en train de préparer dans l'ombre pour après la présidentielle qu'ils savent perdue avec la candidature de Hollande !

Peut être aussi rêvent-ils tous les deux d'être candidat à la présidentielle si Hollande devait renoncer compte tenu de l'immense rejet de notre peuple et celui de gauche qu'il a trahi.

C'est pourquoi Macron s'est attiré les foudres de Valls. Le ministre de l’Economie n’est pas convaincu par l’impôt de solidarité sur la fortune, il le dit dans une revue professionnelle. Aussitôt Manuel Valls est monté au créneau pour le désavouer.

Sur France Info, le Premier ministre n’a pas mâché ses mots: "Au moment où nous créons la prime d'activité, où nous avons annoncé la prolongation de cette augmentation du RSA, où nous nous attaquons pleinement à ce fléau que représente la pauvreté, où nous ouvrons ce débat sur le revenu universel, au nom même de la justice (...), supprimer cet impôt, qu'on peut toujours améliorer, rendre plus efficace d'un point de vue économique, serait une faute".

Un recadrage de plus pour Emmanuel Macron, qui n’en est pas à sa première sortie du genre.

Depuis son entrée au gouvernement, le ministre a déjà remis en cause publiquement les 35 heures, ainsi que le statut des fonctionnaires ou dernièrement en annonçant que le gouvernement pourrait favoriser avec l'assemblée nationale la remise en cause les dispositions cédées aux jeunes quant à loi travail. Il est même allé jusqu'à insulter des femmes salariées en lutte quelques mois après sa prise de responsabilité ! On comprend mieux pourquoi la droite la plus réactionnaire le soutient activement dans les sondages !

Une fois encore, donc, le chef du gouvernement a voulu mettre en garde Emmanuel Macron: "Je demande à chaque ministre, puisqu'il reste encore un an, d'être pleinement attelé à sa fonction, à sa mission. Il y a encore beaucoup à faire pour l'économie française, pour la rendre plus compétitive, pour soutenir nos entreprises en France et à l'étranger."

Un jeu de dupes entre les deux ministres qui ont une ambition aussi grosse que leur nombril et qui donnent l'impression de s'affronter régulièrement alors qu'ils partagent sur le fond la ligne social libérale qu'ils conduisent tous les deux au gouvernement ! Pour les gens dits de gauche cela est écoeurant et mérite le rejet !

Publié dans Parti Socialiste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article