Au Havre, les salariés de la CIM votent la poursuite de la grève

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Au Havre, les salariés de la CIM votent la poursuite de la grève

Les salariés de la CIM ont voté la poursuite du blocage des cuves de la CIM, ce vendredi midi.

Ils ont coupé l'alimentation en carburant des aéroports parisiens et de plusieurs raffineries ont décidé ce vendredi 27 mai à midi la poursuite du mouvement. Un vent de panique a soufflé dans les ministères car si cela dure encore quelques jours comment assurer le transports des équipes de foot de l'Euro 2016 si en plus la RATP, les cheminots sont en grève et si FO met en oeuvre son projet de grève des transports les jours de match?

D'autant que les interventions qui ont levé les barrages n'ont rien réglé, les salarié"s ayant décidé de la poursuite de la grève illimitée.

Ainsi témoigne Mathias Jeanne, délégué CGT, syndicat unique de l'entreprise de la CIM, les salariés sont déterminés à poursuivre le mouvement alors que la poursuite de l'activité des terminaux pétroliers du Havre opérés par cette société, et par lesquels passent 40% du brut importé en France, est jugée d'un "intérêt vital" par les autorités.

Les aéroports parisiens aussi privés de carburant

Depuis mardi soir ont été coupées les vannes des oléoducs qui relient les terminaux du port du Havre et du cap d'Antifer aux raffineries ExxonMobil de Port Jérôme-Gravenchon et Total de Gonfreville l'Orcher dans la zone portuaire et de Grands-Puits en Seine-et-Marne, ainsi qu'aux aéroports de Roissy et d'Orly.

Si les deux raffineries Total sont à l'arrêt complet, celle d'ExxonMobil, la 2e de France, est une des deux seules des huit raffineries françaises à fonctionner encore.

Actuellement un plan d'organisation des interventions (POI) a été mis en place par l'entreprise et des cadres assurent la sécurité des installations.

Les navires pétroliers sont, soit déroutés, soit en rade au large du port du Havre, dans l'attente de pouvoir livrer leur brut. La CIM, société peu connue mais d'un intérêt stratégique primordial, dont le siège est à Paris, compte 284 salariés.

Le directeur du site havrais Bruno Outil, ne s'exprime pas devant les médias, est en place depuis de longues années.

Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article