Le scandale des baisses de charges aux multinationales a atteint 220 milliards !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Le scandale des baisses de charges aux multinationales a atteint 220 milliards !

220 milliards tel est le chiffre astronomique de la baisse des charges accordée aux multinationales. Aussitot une question vient : cela at-il permis de créer des emplois ou de sauvegarder notre industrie ?

Que nenni le chômage atteint des sommets, plus de 6.5 millions de sans emploi auxquels il faut rajouter 4 à 5 millions de salariés précarisés alors que les dividendes versés aux actionnaires battent tous les records. Ainsi le patronat utilise les fonds publics pour les profits et pour accélérer la rotation contrainte : emploi précaire - chômage - emploi précaire - chômage etc.

C'est la logique de la loi El Khomri qui pour accélérer et amplifier ce processus vise à lever toutes les obligations faites aux entreprises et à abandonner les salariés aux mains des patrons pour qu'ils en fassent ce qui bon leur semble !

Cela est refusé massivement par les Français, 72% d'entre eux disent non ! Cela suffit !

Les communistes montrent avec leurs propositions offensives, crédibles et possibles de répondre à la fois, au besoin de sécuriser les travailleurs, de créer des milliers d'emplois et de faire face au défi de l'introduction massive des nouvelles technologies. Pour cela ils mettent en débat quatre propositions complémentaires :

  • L'instauration d'une sécurité d'emploi ou de formation afin d'urer une rotation choisie entre l'emploi en CDI - le choix d'une formation choisie avec un revenu de formation - et le retour obligatoire dans l'emploi durable avec reconnaissance de la qualification et des compétences acquises en formation générale ou professionnelle. Avec une telle mesure de la même ampleur que la création de la sécurité sociale, il est possible graduellement d'éradiquer le chômage.
  • La réduction du temps de travail en visant les 32 heures sans perte de salaire et avec élimination de la flexibilité, ce qui équivaut à la création de 4 millions d'emplois au minimum.
  • La création d'un pôle public bancaire décentralisé en régions afin d'instaurer un nouveau crédit pour les créations d'emplois, les mises en formation, l'investissement productif en France et la protection de l'environnement.
  • Le recyclage des aides publiques, des baisses de charges, aujourd'hui gâchées dans les profits et la spéculation. Ainsi les 220 milliards contribueraient à la sécurité d'emploi ou de formation. Ils permettent le financement de plus de 9 millions d'emplois payés au SMIC charges comprises.

 

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article